Pyrénées. l’Ours des cavernes les mystères d’une disparition

« Ours tachetés », gravures pariétales Grotte des Trois-Frères, Ariège Relevés H. Breuil (d’après Bégouën et Breuil, 1958)

Conférence Toulouse L’ours des cavernes, grand disparu de la Préhistoire Madame Dominique Armand Ingénieur d’études, archéozoologue, UMR PACEA, Bordeaux

Les hommes préhistoriques ont côtoyé les ours des cavernes pendant une longue période. Les ont-ils chassés, voire exterminés ? Ont-ils mangé leur chair ? Les ours des cavernes avaient-ils, comme les ours d’aujourd’hui, une forte valeur symbolique pour les humains ? À partir de découvertes d’ossements, faites souvent dans des grottes, dans les Pyrénées et ailleurs, les préhistoriens tentent de répondre à ces questions.

CONFÉRENCE-débat
Jeudi 9 janvier 2014 > 18 h 30
Auditorium Picot de Lapeyrouse – Entrée libre

Un ouvrage pour découvrir les collections du Muséum, relatives à l’ours des cavernes

En complément de l’exposition « Ours, Mythes et Réalités », le muséum de Toulouse présente son dernier opus qui s’inscrit dans la collection des Cahiers de la Girafe. L’objet de cette publication porte principalement sur la grotte à ossements de l’Herm dont le Muséum a initié les fouilles et conserve un grand nombre de fragments. Le fac-similé du cahier central présente le texte de J.-B. Ramès : Encore un mot sur la caverne de Lherm, réponse à la note de M. l’abbé Pouech sur la grotte ossifère de l’Herm. L’originalité de ce texte de 1836, que le muséum possède dans ses collections, est qu’il présente les polémiques du XIXe siècle sur la présence humaine dans cet abri. L’ouvrage n’est pas un catalogue d’exposition mais un support destiné à compléter les points de vues et à analyser les ensembles patrimoniaux peu connus du Muséum. Les collections anciennement acquises, comme les ressources documentaires associées, ainsi que les perspectives actuelles y sont valorisées

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.