Hausse du chômage. réactions

Le chômage a légèrement augmenté au mois de novembre en France. Selon les statistiques, la France compte 17 800 demandeurs d’emploi supplémentaires.

François Hollande “la diminution durable du chômage est à notre portée”

Les chiffres du chômage pour le mois de novembre (+ 17 800) viennent atténuer ceux du mois d’octobre (- 20 500), mais ils ne modifient pas la tendance. L’inversion de la courbe du chômage, sur laquelle je me suis engagé, est bien amorcée. En effet, l’évolution des demandeurs d’emplois sans aucune activité est passée de + 30 000 par mois au 1er trimestre 2013, à + 18 000 par mois au 2ème, puis à + 5 500 par mois au 3ème trimestre. Et sur les deux derniers mois, c’est une baisse moyenne de 1 350 du nombre des inscrits qui est enregistrée. Ce mouvement pour être significatif doit se poursuivre mois après mois. C’est une bataille de chaque jour. Elle suppose d’amplifier la reprise de la croissance économique à travers le soutien à l’investissement des entreprises. Elle passe aussi par la pleine utilisation de tous les instruments en faveur de l’emploi : réforme du marché du travail, emplois d’avenir, contrats de génération. Enfin, elle appelle le vote du projet de loi sur la formation professionnelle, dès le début de l’année 2014. La diminution durable du chômage est désormais à notre portée.

la CGT “la galère se poursuit pour les chômeurs”

Les chiffres du chômage de cette fin d’année ne sont pas bons et loin de l’attente du gouvernement : en effet le nombre demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 3 293 000 en France métropolitaine fin novembre 2013. Ce nombre est en hausse par rapport à la fin octobre 2013 (+0,5 %, soit +17 800). Sur un an, il croît de 5,6 %. Plus inquiétant encore, le chômage des jeunes de moins de 25 ans est reparti a la hausse : Il augmente de 0,4 % en novembre (+0,3 % sur un an). Alors que la politique de contrats aidés en direction des jeunes est en pleine mise en œuvre, cela démontre que le souci principal est le manque d’emploi crée dans le secteur marchand en direction des jeunes. Les contrats de génération et contrats d’avenir montrent leurs limites.
Comme les mois précédents les plus âgés sont les plus touchés : le nombre des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus s’accroît de 1,3 % (+11,7 % sur un an).
Pas d’embellie non plus pour les demandeurs d’emploi de longue durée (inscrit depuis un an ou plus) .Leur nombre augmente de 0,3 % au mois de novembre 2013 (+13,4 % sur un an) et l’ancienneté moyenne dans le chômage atteint maintenant 508 jours.
Ces chiffres confirment les prévisions pessimistes de l’INSEE qui annonce un taux de chômage à 11% fin juin 2014.
C’est dans ce contexte où de plus en plus de salaries se retrouvent sans travail que Pierre Gattaz se permet de poser comme condition aux futures négociations sur l’assurance chômage qu’il n’y ait pas de hausse des cotisations.
Ces négociations débuteront le 17 janvier 2014. La CGT mettra tout en œuvre pour que les demandeurs d’emploi ne soient pas les dindons de la farce ; une autre répartition des richesses est indispensable. Pour l’imposer, la CGT appellent les salaries a se mobiliser le 6 février lors de la journée d’action interprofessionnelle pour l’emploi, les salaires, la protection sociale et les services publics.

Michel Sapin “la machine à détruire les emplois s’arrête”

Ainsi se manifeste, une fois de plus, la volatilité de cet indicateur d’un mois sur l’autre, particulièrement dans les périodes de retournement comme celle que nous vivons. Cette volatilité incite à regarder les chiffres en tendance sur plusieurs mois. De ce point de vue, nous sommes dans une amélioration engagée depuis le début de l’année et qui se confirme graduellement.
Ainsi, alors que le chômage progressait d’environ +30 000 par mois en moyenne au 1er trimestre 2013, il progressait de +18 000 par mois en moyenne au 2ème trimestre, puis de +5 500 au 3ème trimestre. Sur les deux premiers mois du 4ème trimestre (octobre et novembre), l’évolution est à la baisse de – 1 350 en moyenne par mois.
L’inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013.
Cet objectif est plus que jamais celui du Gouvernement. Il mobilise toute son énergie pour y parvenir. Au-delà du dernier chiffre de 2013 à venir, c’est la bataille de l’inversion durable, mois après mois, qu’il faut gagner en 2014 : elle est à notre portée, et tous ensemble, Gouvernement, administrations, entreprises, collectivités, partenaires sociaux, et acteurs de l’emploi, nous allons réussir à faire reculer durablement le chômage en France.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.