Mars. Curiosity a trouvé des preuves d’eau douce

Curiosity_eau-douce-marsIl y a bien eu de l’eau douce sur Mars. Des chercheurs français et notamment toulousains en ont la certitude après avoir étudié les échantillons prélevés par le robot Curiosity.

Les scientifiques ont découvert des preuves de l’existence passée d’eau douce sur la planète Mars. Les prélèvements réalisés par le robot Curiosity “auraient pu subvenir à une éventuelle vie microbienne” précisent les chercheurs, notamment toulousains qui ont travaillé sur ce dossier.

Des équipes internationales, dont des chercheurs français notamment du CNRS, de l’université Toulouse 3 et de l’UPMC, en collaboration avec le CNES, publient lundi 9 décembre dans la revue Science Express, quatre articles sur les derniers résultats d’analyse de roches martiennes prélevées par la mission Curiosity. Après son atterrissage en août 2012, ce véhicule s’est dirigé vers une petite dépression baptisée « Yellowknife Bay ». Cette zone intéresse au plus haut point les chercheurs, car celle-ci semble héberger des dépôts fluvio-lacustres.
Les scientifiques ont observé des sédiments lacustres dont la variété d’éléments chimiques présents (carbone, hydrogène, oxygène, soufre, azote et phosphore), détectés par les instruments CheMin et ChemCam, auraient pu subvenir à une éventuelle vie microbienne. En outre, ces sédiments lacustres ont été altérés dans un environnement favorable, fluides de pH neutre et de faible salinité, comme l’attestent les minéraux détectés par les divers instruments de Curiosity. L’instrument SAM a révélé la présence d’eau au sein de deux constituants (déshydratation de minéraux et déshydroxylation d’argiles), ainsi que la présence de perchlorates et d’hydrocarbures chlorés (CH3Cl, CH2Cl2, etc.).

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.