Armes chimiques en Syrie. les inspecteurs poursuivent leur enquête

Alors que le Secrétaire général Ban Ki moon et d’autres fonctionnaires de l’ONU renouvellent leurs appels en faveur de la coopération, l’équipe d’inspecteurs des Nations unies sur l’utilisation présumée d’armes chimiques en Syrie a aujourd’hui été en mesure de se rendre sur plusieurs sites de la banlieue de Damas, où elle a recueilli des renseignements supplémentaires et prélevé des échantillons.

Selon un porte parole du Secrétaire général Ban Ki moon, l’équipe dirigée par le scientifique suédois Åke Sellström a pu effectuer son travail sans incident après une attaque de son convoi par des snipers près de Ghouta, où des armes chimiques auraient été utilisés le 21 août.
« Le Secrétaire général appelle toutes les parties à permettre à l’équipe de poursuivre son travail important », a indiqué le porte parole, ajoutant que les preuves recueillies sur place par l’équipe étaient « cruciales pour établir les circonstances de l’incident d’une manière impartiale et fondée sur les faits ».

Plus tôt, Ban Ki moon et le chef de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) avaient appelé toutes les parties en Syrie à coopérer pleinement avec l’équipe d’inspecteurs de l’ONU afin de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées.

L’équipe comprend des personnels de l’OIAC, qui travaille en coopération avec l’ONU, ainsi que des collègues de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

attaque contre les inspecteurs de l’ONU

Réunis à La Haye, M. Ban et le Directeur général OIAC, Ahmet Üzümcü, ont pris acte de l’attaque lancée contre le convoi de l’ONU en route vers un site d’inspection, soulignant que de tels incidents ne devaient pas se reproduire. L’ONU s’est vigoureusement plainte auprès du gouvernement et de l’opposition au sujet de cette attaque.

« Le travail de l’équipe représente un moyen impartial et objectif d’établir les faits quant aux allégations de recours à des armes chimiques en Syrie », ont noté M. Ban et M. Üzümcü, selon un porte parole de l’ONU. Les deux hommes ont insisté pour que le travail des inspecteurs soit considéré comme « inviolable et [pour que] la mission bénéficie d’une coopération maximale hors de toute reprise des hostilités par les parties. »

L’équipe a jusqu’à 14 jours, avec une prorogation possible de son mandat, pour déterminer si des armes chimiques ont été utilisées par les forces gouvernementales à Khan al Asal, ainsi que dans le cadre de deux autres incidents signalés par des États Membres.
Avec 189 États membres, l’OIAC est l’organe de mise en oeuvre de la Convention sur les armes chimiques (CAC), entrée en vigueur en 1997. Parmi ses objectifs, la destruction de toutes les armes chimiques existantes sous contrôle international et l’assistance technique auprès des États membres contre les menaces d’;armes chimiques.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.