Bénévoles Inondations. attention danger

Inondations dans le sud de la Haute Garonne et dans les Hautes Pyrénées : face à l’afflux des bénévoles venus nettoyer les dégats, plusieurs organismes publics ont tenus à faire part de leurs recommandations.

© andrej pol - Fotolia.com
© andrej pol – Fotolia.com

Bénévoles Inondations – Les inondations sans précédent qui ont touché les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne ont dévasté nombre de bâtiments, ouvrages, voiries, réseaux, paysages et terres agricoles. Elles laissent derrière elles des situations qui nécessitent pour beaucoup des interventions urgentes mais qui “appellent à la plus grande prudence” note la préfecture.

La forte mobilisation visant à réhabiliter les sites sinistrés donne lieu à de très nombreuses interventions de pompage, de nettoyage, de démolition, de sauvegarde, de réparation.

“Nous sommes face à une situation exceptionnelle à laquelle les intervenants ne sont pas préparés. Les situations sont inédites, les conditions d’intervention bouleversées compte tenu de l’urgence et de l’environnement : les méthodes de travail habituelles peuvent se révéler dangereuses si la situation particulière n’est pas systématiquement évaluée. Les sols, les structures, les matériaux, détrempés et dégradés, peuvent réagir différemment et les précautions habituelles peuvent se montrer insuffisantes” note t on à la préfecture.

risque d’accident

Tous les acteurs d’une intervention faisant suite aux inondations” doivent évaluer sur chaque situation :
– Les risques de chute de hauteur ou dans les cours d’eau.
– Les risques d’effondrement, d’ensevelissement lorsque les structures semblent touchées, que les sols sont instables…
– Les risques de circulation et de renversement : déplacements d’engins sur terrains accidentés, dans des cours d’eaux… y compris déplacements à pied sur terrains non stabilisés.
– Les risques électriques dans les bâtiments, à proximité des lignes, en zone humide.
– Les risques d’asphyxie ou d’intoxication, lors des interventions dans des lieux mal ventilés, dans
lesquels sont utilisés des équipements à moteurs qui produisent des gaz d’échappement (pompes, groupes électrogènes…).
– Les risques biologiques : eaux stagnantes, animaux morts, boues…

“Les maîtres d’ouvrages, donneurs d’ordres, commanditaires doivent intégrer la sécurité des intervenants en coordonnant les travaux, en contribuant à l’évaluation particulière des risques et en facilitant toute mesure de prévention nécessaire. Personne ne doit être exposé et s’exposer à un risque d’accident sur les travaux de remise en état” demande la préfecture de Haute Garonne.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.