De Veyrac s’oppose au contrôle technique des 2 roues

La commission des Transports du Parlement européen a rejeté ce jeudi 30 mai la proposition de la Commission européenne d’imposer un contrôle technique aux 2 et 3 roues. La députée européenne UDI Christine de Veyrac s’oppose à ce contrôle.

Associations et parlementaires dénonçaient depuis des mois le manque de transparence de la Commission européenne sur ce dossier. “Aujourd’hui aucune étude fiable et indépendante n’a permis de démontrer l’efficacité de cette mesure pour réduire le nombre de morts sur nos routes. Il paraît donc inconcevable d’imposer une obligation représentant un tel coût pour le portefeuille des motards sans en mesurer l’impact réel sur leur sécurité.” précisait Christine De Veyrac.

Les parlementaires européens ont donc ce matin demandé des comptes à la Commission européenne : de telles propositions ne pourront être de nouveau mises sur la table que lorsque des données fiables et vérifiées seront présentées.

“L’ensemble des outils de sécurité routière doit rester aux mains des Etats membres afin que les gouvernements puissent adopter les mesures les plus appropriées pour leur territoire, les plus adaptées aux comportements de leur population. Le dosage doit se faire entre prévention, obligation et répression et il paraît illusoire de composer avec un seul de ces instruments pour réduire le nombre de victimes.” soulignait le député européen de Toulouse.

“La mortalité des motards reste un fléau que nous devons combattre, mais ce sont les Etats membres qu’il faut responsabiliser en montrant du doigt les infrastructures routières inadaptées pour les motards. Les obligations ne peuvent toujours porter sur les usagers qui sont les premiers à vouloir préserver leur vie sur la route.” rappelait Christine De Veyrac.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.