Subvention à l’UNEF. toute la droite crie au scandale

La Commission Permanente du Conseil Régional de Midi-Pyrénées a inscrit à son ordre du jour du jeudi 22 novembre 2012, une subvention de 25.000 € à l’UNEF, syndicat étudiant. Cette subvention servirait à l’organisation de son congrès national 2013, à Toulouse. Cette décision est vivement critiquée à droite.

Jeudi matin, le Front National Jeune s’est dit “scandalisé par ces pratiques systématiques de copinage qui mènent le PS à arroser nombre d’associations qui assurent sa propagande, avec l’argent du contribuable et ce alors que les déficits des collectivités territoriales explosent”. Un peu plus tôt, mercredi, les jeunes UMP s’étaient fendus d’un communiqué de presse virulent pour “condamner avec force et sans réserve aucune, l’utilisation de l’’argent public pour l’organisation d’une manifestation de propagande syndicale”. Les jeunes Pop’ de Haute Garonne qualifient pour l’occasion “l’UNEF, syndicat étudiant connu sur les campus pour son engagement en faveur des blocages des universités, notamment en 2008”.

En début de semaine les élus du groupe d’opposition “Osons Midi Pyrénées” avaient, eux aussi, critiqué cette décision de l’équipe Malvy. “A notre connaissance, aucune association syndicale classée à droite n’a reçu de subvention de la Région à ce jour. Il est vrai qu’elles renoncent par principe à tout financement public de leurs congrès” avaient souligné les élus de la droite régionale. Le groupe d’opposition Osons Midi-Pyrénées avait alors dénoncé “l’utilisation de l’argent public pour une manifestation de prosélytisme syndical, sans aucun lien avec l’intérêt régional qui doit prévaloir dans l’engagement du budget de la Région, et donc de l’argent des contribuables midi-pyrénéens. Voilà, malheureusement encore, un exemple de gaspillage et d’utilisation des deniers publics à des fins partisanes !”

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.