Emplois d’avenir. la CGT exige tutorat et accès à une formation qualifiante

La situation de l’emploi -et en particulier de l’emploi des jeunes- est particulièrement préoccupante, nous en faisons tous le constat indique la CGT à quelques heures de l’annonce des dernières statistiques du chômage en France. La politique de l’emploi doit enfin se fixer l’objectif de création d’emplois de qualité pour répondre aux besoins économiques et sociaux.
La CGT considère que les emplois d’avenir sont une mesure d’urgence qui devrait s’insérer dans une série de mesures plus ambitieuses tant pour les jeunes non qualifiés que pour les plus qualifiés précise t on du côté de la centrale syndicale.

“Il est indispensable de faire aujourd’hui mieux que ce qui s’est fait dans le passé en matière de contrats aidés. Ceux-ci ont démontré leurs limites concernant l’accès durable dans l’emploi. Il est hors de question d’entraîner les jeunes dans un parcours qui les laisserait trois ans après sans débouchés et sans « avenir ». C’est pour cela que la CGT exige que ces emplois réservés aux jeunes peu ou pas qualifiés soient bâtis autour de trois conditions indispensables : l’accès à une formation qualifiante, un accompagnement et un suivi dans l’emploi par le service public de l’emploi et un tutorat sur le lieu de travail” souligne la CGT.

Seules ces conditions peuvent permettre que ces jeunes accèdent véritablement à l’emploi pérenne. Leur mise en œuvre pose par ailleurs la question du manque de moyens du service public de l’emploi.
Nous nous opposons à l’ouverture de ces contrats au secteur marchand où ils risquent de se substituer à des embauches qui auraient de toute façon eu lieu.
Dans la fonction publique, l’emploi d’avenir ne doit pas servir à pallier aux sous-effectifs permanents mais répondre à la demande de nouveaux besoins.

En ce qui concerne les emplois avenir professeurs, le manque de concertation sur le projet a fait que, tant sur la nature du contrat, que sur les conditions de travail et d’étude, il n’y a pas de garanties suffisantes. Cependant le débat n’est pas clos et nous considérons que ce dispositif visant à faciliter pour des jeunes boursiers l’accès au métier d’enseignant peut et doit être amélioré.

La CGT attend donc sur l’ensemble de ce projet de loi « emploi avenir » des avancées significatives qui permettront d’ouvrir aux jeunes de véritables perspectives d’avenir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.