Chômage. La Réunion et la Martinique au niveau de l’Espagne et de la Grèce

En 2011, les taux de chômage régionaux ont présenté de fortes disparités parmi les 271 régions NUTS 22 de l’UE27. Les taux les plus bas ont été enregistrés dans les régions du Tirol et de Salzburg (2,5% chacune) en Autriche, de Zeeland (2,7%) aux Pays-Bas ainsi que dans celles d’Oberbayern (2,8%), de Niederbayern (2,9%) et de Freiburg (3,0%) en Allemagne. Les taux les plus élevés ont été relevés dans les régions d’Andalucia (30,4%) et des Canarias (29,7%) en Espagne et dans le département français d’outre-mer de la Réunion3 (29,6%).

Parmi les régions, 44 affichaient un taux de chômage égal ou inférieur à 4,8% en 2011, soit la moitié du taux moyen de l’UE27. Elles incluaient seize régions d’Allemagne, dix des douze régions des Pays-Bas, huit des neuf régions d’Autriche, quatre de Belgique, deux d’Italie et une région de République tchèque, de France, de Roumanie et du Royaume-Uni. À l’opposé, dix-sept régions présentaient un taux égal ou supérieur à 19,2%, soit le double de celui de l’UE27. Elles comprenaient dix régions d’Espagne, quatre départements français d’outre-mer et trois régions de Grèce.

Ces données4 sur le chômage régional, établies sur la base de l’enquête communautaire sur les forces de travail, sont publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Les taux de chômage des femmes ont varié de 2,7% dans la région du Tirol à 39,1% dans celle de Ceuta

Dans l’UE27 en 2011, le taux de chômage des femmes a été légèrement supérieur à celui des hommes (9,8% contre 9,5%). Cette différence s’est retrouvée également au niveau régional, le taux de chômage des femmes étant supérieur à celui des hommes dans 141 régions, le taux de chômage des hommes étant supérieur à celui des femmes dans 118 régions, et les taux étant identiques dans 6 régions.

En 2011, le taux de chômage des femmes a varié de 2,7% dans la région du Tirol en Autriche à 39,1% dans celle de Ceuta en Espagne, tandis que celui des hommes s’est échelonné de 2,3% dans les régions de Zeeland aux Pays-Bas ainsi que de Salzburg et du Tirol en Autriche à 29,7% dans celle des Canarias en Espagne.

Les taux de chômage des jeunes ont varié de 4,3% dans la région de Tübingen à 65,8% dans celle de Ceuta

En 2011, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans dans l’UE27 a été de 21,4% en moyenne. Au niveau régional, les disparités sont toutefois très marquées. Dans l’UE27 en 2011, les plus faibles taux de chômage des jeunes ont été relevés dans les régions allemandes de Tübingen (4,3%), d’Oberbayern (4,5%) et de Freiburg (4,8%), et les plus élevés dans la région de Ceuta (65,8%) en Espagne et dans les départements français d’outre-mer de la Réunion (58,5%) et de la Martinique (56,8%). Dans plus des trois quarts des régions de l’UE27, le taux de chômage des jeunes était au moins deux fois supérieur au taux de chômage total.

La part du chômage de longue durée a varié de 4,0% dans la région d’Åland à 82,1% en Guadeloupe

La part du chômage de longue durée, qui correspond au pourcentage des chômeurs étant sans emploi depuis 12 mois et plus, s’est établie à 43,1% en moyenne dans l’UE27 en 2011, et différait fortement selon les régions. Ainsi dans l’UE27 en 2011, les plus faibles parts du chômage de longue durée ont été enregistrées dans les régions d’Åland (4,0%) en Finlande, de Bucureşti-IIfov (5,3%) en Roumanie, de North Eastern Scotland (10,0%) au Royaume-Uni ainsi que du Tirol (13,1%) et de Salzburg (13,5%) en Autriche. Les parts les plus élevées ont été observées dans les départements français d’outre-Mer de Guadeloupe (82,1%), de Guyane (77,6%) et de Martinique (76,8%). Dans 60 régions, plus de la moitié des chômeurs étaient sans emploi depuis au moins 12 mois.

Photo © gilles vallée – Fotolia.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.