Midi Pyrénées pourrait envoyer 23 députés socialistes à l’Assemblée nationale

L'enjeu de l'élection législative : soit donner une majorité à François Hollande, soit lui imposer une cohabitation Photo CC/Cecill/Rama

Bastions de la gauche, les départements de la région Midi Pyrénées, s’apprêtent à envoyer dimanche un grand nombre de députés socialistes à l’Assemblée nationale. En Ariège, en Haute Garonne et dans le Gers, 5 députés socialistes ont déjà été élus dès le premier tour. 26 sièges de député sont à pourvoir dans la région. Les citoyens de Midi Pyrénées avaient déjà voté à une large majorité en faveur de François Hollande, ils devraient, sauf surprise, confirmer leur choix. A 24h de l’élection, la situation, département par département et circonscription par circonscription.

ARIEGE
Sur la 1ere circonscription les jeux sont déjà faits. La socialiste Frédérique Massat a été élu dès le 1er tour avec 51,69% des voix exprimées. 2e circonscription, le second tour oppose le socialiste Alain Fauré à l’UMP Philippe Calleja. Avec une avance de plus de 20 points, le candidat socialiste devrait être largement élu dimanche. L’Ariège devrait donc, sauf exceptionnelle surprise envoyer deux députés socialistes à l’Assemblée nationale.

AVEYRON
Situation moins claire sur les 3 circonscriptions de l’Aveyron. L’UMP pourrait y conserver des bastions. Sur la 1ere circonscription, le député UMP sortant Yves Censi est en ballotage. Il frôle les 40 % au premier tour, mais à la différence de son adversaire socialiste, Monique Bultel-Herment, il ne dispose que peu de reserves. Le duel devrait donc être serré dimanche. Situation complètement différente sur la 2e circonscription où la candidate socialiste Marie Lou Marcel a, avec plus de 49%, des bulletins, frôlé l’élection au premier tour de quelques dizaines de voix. Elle sera députée dimanche. Situation plus favorable pour la droite sur la 3e circonscription du département. Le candidat UMP Alain Marc est en ballotage favorable. Mais son adversaire, Marie-Thérèse Foulquier dispose de plus de réserves. Situation complexe dans le département où l’élection pourrait se jouer à quelques dizaines ou centaines de voix sur deux circonscriptions.

HAUTE GARONNE
Le Parti socialiste vise le Grand Chelem dans le département. La socialiste Carole Delga a déjà été élue au premier tour. Sur les 9 autres circonscriptions, les candidats socialistes sont en ballotage très favorable sur 8 circonscriptions. Monique Iborra, Martine Martinel, Patrick Lemasle, Gérad Bapt et Catherine Lemorton, députés sortants, sont en très bonne posture. Le second tour est plus ouvert sur les 9e et 10e circonscription. Christophe Borgel et Kader Arif, arrivés en tête au premier tour, disposent, a priori, de plus de réserves de voix pour le second que leurs adversaires Dominique Faure et Elisabeth Pouchelon. Seule la 3e circonscription du département, redécoupée lors de la précédente mandature devrait être plus ouverte. L’ancien maire de Toulouse et actuel patron de l’UMP, Jean Luc Moudenc y affronte le candidat Vert-PS François Simon. Avec 5000 voix d’avance le candidat UMP est arrivé en tête au premier tour. Mais le candidat EELV-PS dispose de plus de réserves de voix. Duel serré voire très serré en perspective. Sauf surprise, le département de Haute Garonne devrait propulser, au moins, 9 députés socialistes.

GERS
Département bastion de la gauche, le président du Conseil général Philippe Martin a été élu dès le premier tour. Sur l’autre circonscription à pourvoir, la socialiste Gisèle Biemouret est en ballotage très favorable.

HAUTES PYRENEES

Sur les deux circonscriptions du département, la gauche est quasi assurée de remporter le scrutin. Jean Glavany devance Gérard Trémège de 21 points. Celui qui pourrait briguer la présidence de l’Assemblée nationale dispose de nombreuses réserves. Sauf extraordinaire accident, il sera élu. Tout comme Jeannine Dubie face à Jean Pierre Artiganave. Les deux députés du département devraient faire parti de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale.

LOT
Sur la seule circonscription du département qui voter dimanche, la radicale de gauche, Dominique Orliac est arrivée en tête au premier tour avec plus de 41% des voix. Elle dispose de réserves sur sa gauche et devrait donc être élue dimanche députée du Lot. Sur la 2e circonscription, le socialiste Jean Launay a été élu dès le premier tour.

TARN
Situation moins tranchée sur 2 des 3 circonscriptions du Tarn. Si Jacques Valax est assuré de conserver son mandat de député du Tarn, le second tour sera beaucoup plus ouvert sur les 1ere et 2e circonscriptions du département. Bernard Carayon affronte Linda Gourjade. Et Philippe Folliot est opposé à Gérard Poujade. Le député UMP Carayon paraît en mesure de l’emporter. Mais le bras droit de François Bayrou aura lui, fort à faire pour conserver son mandat.

TARN ET GARONNE
Situation confortable pour la ministre Sylvia Pinel, situation complexe pour la maire UMP de Montauban Brigitte Barèges face à la socialiste Valérie Rabault. Ainsi sur cette circonscription l’élection pourrait, une nouvelle fois, ce jouer à quelques voix …

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.