L’ONU prépare une intervention humanitaire en Corée du Nord

Afin de pouvoir répondre aux besoins de la population de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), qui traverse actuellement une crise humanitaire, les Nations Unies ont lancé mardi un appel d’un montant de 198 millions de dollars afin de couvrir les besoins de ce pays en 2012.

« Seize millions de personnes continuent de souffrir d’une insécurité alimentaire chronique, de niveaux de malnutrition élevés et de problèmes économiques profonds », a expliqué le Coordinateur résident de l’ONU pour ce pays, Jérôme Sauvage, dans un communiqué de presse.

« Des fournitures médicales inadéquates et un manque de matériel empêchent le système de santé de répondre aux besoins élémentaires des personnes en détresse, tandis que les systèmes d’approvisionnement en eau et en chauffage ont besoin d’être réhabilités ».

Le document de synthèse donnant une vue d’ensemble des besoins de financement des activités humanitaires de l’ONU en RPDC a été présenté aujourd’hui à la communauté des bailleurs de fonds internationaux, réunie à Beijing en Chine. Il décrit la situation actuelle et les efforts en cours pour l’améliorer, notamment dans les domaines de l’alimentation, du soutien au secteur agricole et dans les secteurs de l’eau et l’assainissement et la santé.

Selon le Coordonnateur résident de l’ONU dans ce pays, environ deux millions de personnes reçoivent actuellement une assistance alimentaire dans les régions les plus touchées par la crise. Environ 10.300 enfants souffrant de malnutrition aiguë et 57.000 de malnutrition modérée bénéficient actuellement d’une assistance.

« Une assistance externe renforcée jouerait un rôle central pour sauver et promouvoir le bien-être de millions de personnes gravement menacées », a expliqué M. Sauvage.

En 2011, l’ONU avait demandé 218 millions de dollars pour répondre à la crise humanitaire en RPDC, mais seulement 85 millions avaient été débloqués par les bailleurs de fonds au travers du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF). En raison du manque de fonds, les agences humanitaires n’ont pas pu répondre aux besoins de façon efficace.

« L’ONU reste largement sous-financée en RPDC. L’aide alimentaire doit être basée sur les principes humanitaires, la neutralité et l’impartialité, indépendamment de considérations politiques. La séparation des besoins humanitaires et des questions politiques est indispensable pour améliorer de façon durable la condition des peuples », a conclu M. Sauvage.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.