Birmanie. état d’urgence décrété à la suite de violences interethniques entre bouddhistes et musulmans

Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar/Birmanie, Vijay Nambiar, s’est entretenu mardi avec le Président de ce pays de l’état d’urgence qui vient d’être déclaré dans le nord de Rakhine à la suite des récentes violences qui ont éclaté dans la région. M. Nambiar se trouve actuellement au Myanmar, où il participe à une réunion avec des responsables gouvernementaux, dont le Président Thein Sein, dans la capitale Naypyitaw.

Les deux hommes ont évoqué à cette occasion la nécessité, pour les autorités de « continuer à faire face à cette situation avec transparence et dans le respect des droits de l’homme et de l’état de droit, conformément à la déclaration faite récemment par le Président Thein Sein pour mettre fin au cycle de violences et préserver le processus de réforme en cours », a déclaré aujourd’hui le porte-parole du Secrétaire général de l’;ONU, Martin Nesirky.

La visite de M. Nambiar fait suite à celle de Ban Ki-moon à la fin du mois d’avril, visite au cours de laquelle celui-ci avait assuré le Myanmar du soutien continu des Nations Unies au processus de réconciliation nationale et à la transition démocratique entamée l’;an dernier sous les auspices du Président Sein.

D’après les médias, les violences observées à Rakhine entre l’ethnie bouddhiste rakhine et les musulmans rohingya auraient fait au moins une douzaine de morts parmi les civils et causé des dégâts à des centaines de maisons depuis vendredi dernier.

Suite à l’escalade des violences à Rakhine, le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé aujourd’hui un appel au Bangladesh pour qu’il ouvre ses frontières, alors que d’après certaines informations, les gardes-côtes bangladeshis auraient contraient de nombreuses embarcations avec à leur bord des résidents du Myanmar à faire demi-tour.

Le HCR s’efforce de surveiller les points de passage clefs le long de la frontière entre les deux pays. Il y a actuellement plus de 30.000 réfugiés de l’ethnie rohingya en provenance du Myanmar dans deux camps installés au Bangladesh. Plus de 200.000 personnes originaires du Myanmar non enregistrées et dont la situation est préoccupante se trouvent également au Bangladesh.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.