Syrie. plus de 61 000 réfugiés principalement au Liban, en Jordanie et en Turquie

Un Forum humanitaire sur la Syrie, organisé par l’ONU à Genève et réunissant des Etats membres, des organisations régionales et internationales et des ONG, a estimé vendredi qu’il était nécessaire d’accroître rapidement la réponse humanitaire en Syrie, où un million de personnes ont besoin d’aide.
La réunion était présidée par le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging. Lors d’un point de presse, M. Ging a précisé qu’un projet avait été discuté pour apporter une aide à un million de personnes au cours des six prochains mois sous forme notamment de nourriture, d’assistance médicale et d’appui aux services de base.
Ce projet vient compléter le plan d’action régional destiné à aider les réfugiés syriens dans les pays voisins.
Jeudi, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souligné combien la situation humanitaire était difficile en Syrie. « Malgré les assurances du gouvernement, il n’y a pas eu de progrès significatifs sur le terrain », a-t-il dit. « Ceci est inacceptable. J’appelle les autorités syriennes à reconnaître l’urgence de la situation et à permettre aux agences de l’ONU et aux organisations internationales de secours d’organiser une opération humanitaire sur le terrain pour aider ces gens dans le besoin. »
De son côté, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est inquiété vendredi que moins de 20% des fonds ont été reçus un mois après que l’ONU et ses partenaires humanitaires ont lancé un appel de fonds d’un montant de 84 millions de dollars pour aider les réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Turquie et en Iraq.
« Sur les 34 institutions qui ont demandé des fonds dans le cadre du Plan d’action régional pour les réfugiés syriens, seuls huit ont obtenu à ce jour un financement qui s’élève à 15,6 millions de dollars », a dit une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’une conférence de presse à Genève.
Selon le HCR et ses partenaires dans la région, les réfugiés et les pays qui les accueillent commencent à montrer des signes d’essoufflement. De nombreux réfugiés arrivent avec peu ou pas de ressources. Ils dépendent donc essentiellement des efforts de la communauté hôte ou des organisations qui apportent une aide.
Plus de 61.000 réfugiés syriens reçoivent une assistance dans la région (au Liban : 21.000, en Jordanie : 13.751, en Turquie : 23.971 et en Iraq : 2.376). Sur ce nombre, plus de 45.000 d’entre eux ont été enregistrés par les autorités et le HCR. Ces pays appliquent tous une politique de frontières ouvertes pour les réfugiés syriens.
Les programmes menés par le HCR incluent l’acheminement de tentes et de couvertures vers la Turquie par un pont aérien, un programme d’aide financière en espèces en Jordanie, des programmes pour l’identification des personnes les plus vulnérables en Jordanie et au Liban ainsi que pour la réhabilitation de maisons et de centres communautaires en Jordanie et au Liban.
« Les enfants sont particulièrement affectés par la crise. Beaucoup montrent des signes de traumatisme et de profonde détresse. En Turquie, en Jordanie et au Liban, les gouvernements encouragent activement la scolarisation des enfants. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) finance des programmes d’éducation, du soutien psychosocial et des espaces de jeux pour les enfants en Jordanie et au Liban », a dit Mme Fleming.
La nourriture et les articles ménagers de première nécessité sont une source importante de préoccupation pour de nombreux réfugiés qui ont peu ou pas de ressources financières. Le HCR a fourni de la nourriture et des articles domestiques à plus de 30.000 Syriens en Jordanie et au Liban. Le Programme alimentaire mondial (PAM) fournit une aide alimentaire aux réfugiés en Jordanie et a conclu un accord pour commencer les opérations au Liban.
De son côté, Ahmad Fawzi, le porte-parole de l’Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des Etats arabes pour la Syrie, Kofi Annan, a indiqué vendredi lors d’un point de presse à Genève que sept observateurs militaires de l’ONU se trouvaient désormais en Syrie et qu’ils devraient être neuf d’ici à lundi. Ils font partie de l’équipe avancée d’observateurs chargée de commencer à surveiller la cessation des hostilités.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.