Le soutien d’Angela Merkel à Sarkozy jugé par les éditorialistes

Le soutient d’Angela Merkel à Nicolas Sarkozy : réalité ou stratégie politique ? Libération.fr relève que « les éditorialistes sont sceptiques ». A moins de trois mois de la présidentielle, les  « gains à attendre de l’exercice » ne sont pas prouvés.
Quelle importance faut-il alors accorder à ce soutient ?  Selon  le Midi libre, “ce rapprochement de circonstance … n’a qu’un seul but : servir les intérêts personnels des deux leaders européens”. La République du Centre prend moins de pincettes. Selon le journal ,“la chancelière a besoin de Nicolas Sarkozy pour échapper au reproche de “domination allemande”.

Une stratégie risquée

Le risque de cette stratégie, c’est Bruno Dive qui l’écrit dans Sud-ouest: “cette intrusion à gros sabots de la chancelière dans la campagne française … risque de faire passer Nicolas Sarkozy pour un vassal plus que comme un allié”. Quant au Figaro, il s’oppose aux autres éditoriaux. En effet, Paul-Henri du Limbert estime qu’« il est dommage que François Hollande feigne encore de l’ignorer. »

Malgré ce soutient, Nicolas Sarkozy “patine dans les sondages”. Il n’obtient que 23.5% d’intentions de votes, contre 30% pour son concurrent François Hollande.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.