Haïti : des casques bleus soupçonnés de crimes sexuels

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a annoncé lundi qu’elle avait pris connaissance de deux cas d’allégations graves d’exploitation et d’abus sexuels qui auraient été commis par des éléments de son personnel de police.
« Conformément à la politique de tolérance zéro de l’Organisation des Nations Unies en la matière, une enquête a immédiatement été ouverte. Contrairement aux allégations de mauvaise conduite attribuées à des éléments des contingents militaires, les enquêtes portant sur des éléments civils et de police relèvent de la responsabilité des Nations Unies », a souligné la MINUSTAH dans un communiqué de presse.

Aussitôt informé de ces allégations, le Commissaire de police de la MINUSTAH, a relevé les suspects de leurs fonctions à titre conservatoire, et ce, afin de prévenir tout contact de ces derniers avec la population, et d’empêcher toute tentative d’ingérence dans le déroulement de l’enquête. La hiérarchie de la Mission a par ailleurs immédiatement informé le quartier général de l’Organisation, à New York, qui a aussitôt dépêché une équipe d’enquête en Haïti, laquelle est arrivée samedi dans le pays. Les autorités des pays d’origine des suspects ont par ailleurs été informées. « En tant que Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti, et en ma qualité de chef de la MINUSTAH, je tiens à réitérer mon engagement à faire respecter la politique de tolérance zéro en matière d’abus commis par le personnel de la Mission », a déclaré le Chef de la MINUSTAH, Mariano Fernández Amunátegui.

« Chaque membre du personnel des Nations Unies, qu’il soit civil, militaire et de police, est tenu d’observer un niveau de conduite exemplaire. C’est là un engagement qu’il prend en rejoignant l’Organisation des Nations Unies, où que ce soit dans le monde. Nous continuerons à prendre les mesures les plus strictes afin d’assurer, le cas échéant, que les coupables de tels actes soient sanctionnés avec la plus grande sévérité », a-t-il ajouté.

Les Nations Unies disposent d’une stratégie d’assistance aux victimes d’actes d’exploitation et d’abus sexuels. En Haïti, la MINUSTAH la met en oeuvre en coordination avec d’autres agences du système des Nations Unies et divers acteurs nationaux. Ce mécanisme vise à garantir que les victimes disposent d’une assistance médicale, psychosociale, ou autre, aussi rapidement que possible.

« La Mission se tient prête à assister les victimes, le cas échant », a dit la MINUSTAH.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.