Violences en RD du Congo : la Cour Pénal Internationale vigilante

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a rappelé jeudi qu’il suivait avec une extrême vigilance le déroulement du processus électoral en République démocratique du Congo (RDC), où des enquêtes sont en cours depuis juin 2003.

« Le recours à la violence ne saurait être toléré », a-t-il dit. « Mon Bureau recense et examine minutieusement les informations convergentes sur des violences tant verbales que physiques auxquelles donnerait lieu la campagne électorale en vue des élections présidentielle et législative du 28 novembre prochain ».

Le Procureur a appelé toutes les parties au processus électoral à ne pas céder à la tentation de la violence et rappelle que la CPI a compétence pour enquêter et poursuivre les auteurs de crimes graves commis sur le territoire de la République démocratique du Congo ou par des ressortissants congolais depuis le 1er juillet 2002.

« Nous veillons à ce que le processus ne soit pas l’occasion de violences ou d’attaques contre les populations civiles. Nous sommes particulièrement attentifs aux informations faisant état d’appels à la haine et à l’exclusion et de violences physiques de la part des différents acteurs politiques à Kinshasa et dans le pays tout entier.», a-t-il affirmé depuis La Haye. « La violence électorale peut aboutir à la commission de crimes relevant de notre compétence. Que nul ne doute de notre détermination à prévenir et, le cas échéant, à poursuivre de tels crimes comme nous le faisons au Kenya ou en Côte d’Ivoire ».

« Comme l’a rappelé le Ministre congolais de la justice mercredi, M. Luzolo Bambi Lessa, mon Bureau est à même de documenter tout crime de sa compétence et mettra en oeuvre tous les moyens nécessaires, en coordination avec les autorités judiciaires nationales, pour enquêter sur ces actes», a-t-il ajouté.

Le Procureur a saisi cette occasion pour rappeler que les personnes qui auraient commis des crimes graves, tel Bosco Ntaganda qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour, doivent être arrêtées et jugées.

« Le processus électoral ne saurait renforcer le sentiment d’impunité de ceux qui seraient responsables de tels crimes mais au contraire doit faire progresser l’état de droit et la lutte contre l’impunité », a-t-il conclu.

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) s’est également déclarée mardi profondément préoccupée par la vague croissante de violence pré-électorale dans plusieurs parties du pays ainsi que l’incitation à la violence par des leaders politiques, qui ont émaillé les campagnes, en cours depuis le 28 octobre, pour la présidentielle et les législatives.

Partager

Articles Récents

Delga, Rabault et Cazeneuve demandent le retrait du projet de loi de réforme des retraites

Les ténors socialistes pointent un projet “vacillant” “brouillon” et qui “engendre la défiance”. Ils demandent…

5 février 2020

Ligue 1. Toulouse Strasbourg à quitte ou double

Le Toulouse Football Club accueille Strasbourg mercredi soir au stadium de Toulouse. Toulouse Strasbourg l'heure…

5 février 2020

Le GIGN intervient à la Mounède

Les gendarmes d'élite du GIGN ont été mobilisés mardi soir pour une intervention dans un…

5 février 2020

Braquage dans une boulangerie de Cugnaux

Un braquage a eu lieu mardi matin dans une boulangerie de Cugnaux située route de…

5 février 2020

France Angleterre avec 5 toulousains

5 joueurs du stade toulousain seront titulaires pour le premier match du tournoi des 6…

30 janvier 2020

22 morts de la grippe en France depuis le mois de novembre

22 personnes sont mortes en France de la grippe depuis l'arrivée de l'épidémie soit depuis…

29 janvier 2020

Ce site utilise des Coockies pour mesurer son audience et proposer une publicité ciblée. Vous pouvez accepter (ou non) et au passage vous abonner aux ALERTES et NEWSLETTER du site d'actualités Toulouse7.com