Le Prix Goncourt pour Alexis Jenni et “L’art français de la guerre”

Aucune surprise pour le Prix Goncourt. Le jury a logiquement couronné ce mercredi Alexis Jenni, favori de la compétition. A 48 ans, ce professeur de biologie lyonnais l’avoue humblement, il se considérait jusqu’ici comme « un écrivain du dimanche ». Pourtant il n’a jamais cessé d’écrire depuis vingt ans, mais « de petites choses » restées dans ses tiroirs ou qui n’ont pas marché.

« L’art français de la guerre »,  son premier roman, est achevé après cinq ans d’écriture. Un bloc de 700 pages envoyé à un seul éditeur, Gallimard, qui flaire aussitôt la révélation de la rentrée. Le livre, fascinante fresque entre Indochine et Algérie, questionne l’héritage des guerres coloniales. Recevoir le Prix Goncourt dès son coup d’essai, c’est une chance rare, mais pas inédite. Une réussite pour Alexis Jenni qui succède ainsi à Michel Houellebecq.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.