Kadhafi (19 juin 1942-20 octobre 2011 ?)

KadhafiLa mort du dictateur libyen, le colonel Kadhafi a été annoncée ce jour par ses ennemis : les dirigeants du Conseil national Libyen de Transition. Selon le CNT, “le guide de la révolution” serait mort non loin de Syrte. Non loin de son lieu de naissance.

Homme fort de la Libye depuis 1969, le Colonel Kadhafi a été l’un des plus efficace dictateur du monde. Réussissant à se maintenir au pouvoir pendant plus de 40 ans ! Et ce n’est que le souffle de démocratie venu des voisins tunisiens et égyptiens entraînant le soulèvement d’un peuple libyen opprimé qui l’aura fait chuter. Et avec lui tout son système. Ce que n’avaient pas réussi ni les Etats Unis ni la France. C’est une guerre civile, d’abord menée par des simples citoyens exaspérés,  partie de l’Est de la Libye et avec l’appui de l’OTAN, progressivement étendue sur tout le pays qui aura réussi à déstabiliser  puis mettre à bas, le dictateur paranoïaque et sanguinaire.

Surnommé le “guide de la Révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste” ou plus simplement “guide de la Révolution” ou “frère guide” est d’abord inspiré par le socialisme arabe. Il s’oppose aux Etats Unis. Et soutient plusieurs mouvements insurrectionnels à travers l’Afrique. IL est soupçonné d’avoir aidé les terroristes de l’IRA et d’avoir commandité plusieurs attentats dont celui de Lockerbie en Ecosse. Sur un plan intérieur, et sous l’effet de la paranoïa, le régime s’est progressivement durcie sous son règne.
Mais avec les attentats du 11 septembre, plusieurs chefs d’Etat décident de modifier leur stratégie à l’égard de Kadhafi. Ce dernier sera par exemple invité à Paris par Nicolas Sarkozy.

Photo DP/US NAVY :

1 Commentaire

  1. La Libye enfin libérée de se son dictateur.

    Et l’Algérie ?

    Ce jeudi, 20 octobre 2011, restera une date historique pour le peuple frère libyen.

    Le dictateur libyen, Mouammar Kadhafi est mort et le peuple libyen fête sa liberté retrouvée après plus de 40 ans de privation de liberté et de tortures.

    L’histoire retiendra que ce personnage a conduit son peuple dans la décadence et la mal-vie et ce, malgré les revenus importants générés par l’exportation du pétrole et du gaz. Il s’était également activé également a soutenir financièrement plusieurs tentatives de putsch en Afrique et au Moyen Orient.

    L’histoire retiendra également que ce personnage a également soutenu et financé le terrorisme international ainsi que nombre de mouvements autonomistes et sécessionnistes, notamment le mouvement autonomiste basque ETA, le polisario, le mouvement indépendantiste des Iles Canaries etc. , mais aussi les divers attentats et meurtres qu’il a commandités.

    S’agissant du polisario, il est certain que ce groupe se retrouve aujourd’hui orphelin d’un parrain financier.

    L’Algérie, pour sa part, et notamment ses généraux de la DRS, doivent se poser de nombreuses questions sur la viabilité de la question du polisario au plan international.

    En effet, vu les problèmes internes, tant sur les plans social, économique, financier, éducatif, santé, universitaire, et autres, l’Algérie ne pourra financer son rêve : à savoir créer un état fantoche sahraoui dirigé par le polisario connu pour ses accointances avec le terrorisme et la criminalité international.

    L’Algérie, aujourd’hui, surtout ceux qui ont confisqué la liberté du peuple algérien au jour de l’indépendance, devrait réfléchir sur le cas libyen.

    Les généraux et les hommes politiques algériens seront à leur tour rattrapés par l’histoire et devront à répondre de leurs actes comme l’a fait le 20 octobre 2011 le peuple libyen à l’encontre du colonel Kadhafi, de sa famille et de ses collaborateurs.

    Il est temps pour Alger qu’elle comprenne, une fois pour toute, que le Maroc a tout son temps, et qu’il est préférable pour elle qu’elle accepte la solution proposée par Rabat sur la question du Sahara marocain.

    Le pétrole et le gaz ne sont pas éternels et le peuple algérien, notamment les Kabyles, souhaite une meilleure vie.

    Il est également temps pour ces sinistres personnages algériens de savoir qu’ils n’étaient que l’équivalent d’une Talitha Van Zon : la playmate des Kadhafi
    Quant à l’Afrique du Sud, ce soit disant pays des libertés et des droits de l’Homme, qui a soutenu mordicus, le dictateur Kadhafi, elle se permet aujourd’hui d’espérer que la mort de Kadhafi apportera la paix dans la société libyenne, de qui se moque-t-elle ?

    Pretoria qui soutien des pays dictatoriaux, des mouvements terroristes et qui est incapable d’assurer sa sécurité publique et d’offrir des droits élémentaires à son peuple n’a, à mon avis, qu’un seul droit : celui de fermer sa grande gueule.

    En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Un réponse par courriel à cette demande serait appréciée. Merci. Farid Mnebhi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.