Les casques bleus restent en Haïti

Dans une résolution adoptée vendredi à l’unanimité, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé de proroger la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) jusqu’au 12 octobre 2012 ainsi que de réduire les troupes de près de 2.500 membres. Le Conseil de sécurité a « décidé que l’effectif de la MINUSTAH pourra s’établir à 7.340 soldats de tous rangs et que la composante policière de la Mission pourra atteindre 3.241 membres, ainsi qu’il est préconisé au paragraphe 50 du rapport du Secrétaire général ».

D’ici au mois d’octobre 2012, l’effectif de la Mission passera donc d’environ 13.000 soldats et policiers à un peu plus de 10.500 membres.

Le Conseil a affirmé « qu’à l’avenir tout aménagement de la configuration de la force devrait reposer sur l’état général de la sécurité sur le terrain, compte tenu de l’incidence des réalités sociales et politiques sur la stabilité et la sécurité en Haïti, du développement continu des capacités des autorités publiques ».

Reconnaissant que c’est au gouvernement et au peuple d’Haïti « qu’appartient la maîtrise et qu’incombe au premier chef la charge de la stabilisation du pays sous tous ses aspects », le Conseil s’est félicité des dispositions prises par la MINUSTAH pour fournir au gouvernement haïtien, un soutien logistique et une expertise technique.

Les Etats membres ont considéré « qu’à la suite de la tenue des élections présidentielles et législatives, la stabilisation du climat politique et institutionnel est essentielle à la stabilité du pays et aux efforts de relèvement et de reconstruction ». Ils encouragent les autorités haïtiennes « à tirer pleinement parti de ce soutien, notamment en renforçant les capacités de la Police nationale d’Haïti, tout particulièrement pour la modernisation des lois essentielles et l’exécution du plan de réforme de la justice ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.