Alerte au Choléra en Afrique Centrale

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a appelé mardi à intensifier de toute urgence les efforts pour combattre « une des pires » épidémies de choléra en Afrique centrale et de l’ouest.

Dans un communiqué de presse, l’UNICEF a exhorté les gouvernements concernés à renforcer la coordination au niveau national et avec les pays voisins pour lutter contre la propagation de l’épidémie.

« Dans ce contexte d’urgence, il est évident que les autorités ont un rôle important à jouer pour sauver des vies. L’échange d’informations entre les régions transfrontalières sur les cas et sur les déplacements des populations, ainsi que les inspections frontalières pour désinfecter et pour chlorer sont des mesures pour limiter la propagation de la maladie et pour sauver des vies, » a déclaré une porte-parole de l’UNICEF.

Cette année la région a connu plus de 85.000 cas de choléra déclarés qui ont causé la mort de plus de 2.466 personnes, ce qui fait que c’est une des plus importantes épidémies de l’histoire de la région. À cela s’ajoute que les taux de mortalité sont très élevés, variant entre 2,3% et 4,7% avec des taux beaucoup plus élevés entre autres au Cameroun.

Actuellement, trois grandes épidémies font rage dans la région : dans le bassin du lac Tchad comprenant le Tchad, le Cameroun, le Nigéria et le Niger, dans le bassin du Congo occidental comprenant la République démocratique du Congo (RDC), la République du Congo et la République Centrafricaine, et autour du lac Tanganyika comprenant la RDC et le Burundi.

L’augmentation la plus significative est néanmoins concentrée au Tchad, au Cameroun et en RDC. De plus petites épidémies ont lieu au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Libéria et au Togo où la situation serait sous contrôle.

L’UNICEF a assuré la livraison de kits de traitement, de campagnes de sensibilisation et a assisté à la conduite d’études pour assurer que l’aide arrive à ceux qui en ont le plus besoin. La semaine dernière, l’UNICEF a dépêché sur place des experts en assainissement en République Centrafricaine à la demande du gouvernement qui avait confirmé le déclenchement d’une épidémie.

En Afrique centrale et de l’ouest, l’accès à l’eau propre et à l’assainissement est parmi les plus bas au monde, ce qui rend les habitants très vulnérables aux épidémies de choléra puisque la maladie se transmet par l’eau ou les aliments contaminés.

Même si les mesures prises peuvent aider à freiner la propagation, la manière la plus efficace de combattre la maladie est d’assurer l’accès à l’eau potable propre et de sensibiliser les populations sur l’importance de l’assainissement et des mesures d’hygiène.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.