Comment développer l’action internationale en région ?

Plus de 300 acteurs de la coopération et de la solidarité internationales étaient réunis aujourd’hui à la Région pour la 1ère « Agora » consacrée à ce secteur. Cette assemblée a été ouverte par Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, Gérard Onesta, vice-président en charge notamment de la coopération décentralisée, et Marie-Odile Delcamp, présidente de la Commission correspondante.
La coopération décentralisée permet aux collectivités locales françaises de mener des actions de solidarité directement avec des collectivités de pays en voie en de développement. Ces actions sont souvent plus concrètes que celles régies par les accords d’Etat à Etat.
En complément à l’action des collectivités, Midi-Pyrénées compte environ 700 structures engagées dans des démarches de coopération et de solidarité internationales, dont 600 associations, l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Université, le Centre hospitalier régional universitaire et une dizaine de fondation et fonds d’entreprise.
Les associations de solidarité internationale représentent en Midi-Pyrénées 40 000 personnes.

Ainsi, au-delà de ses coopérations frontalières (Eurorégion, Communauté de Travail des Pyrénées…), la Région Midi-Pyrénées a structuré une politique de coopération décentralisée vers les pays du Sud dans une logique d’aide au développement et d’appui institutionnel en affirmant trois priorités : l’accès à l’éducation et à la formation, la sécurité alimentaire, l’adaptation contre le changement climatique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.