Présidentielles : à qui profite l’abandon de Jean Louis Borloo

borlooIl disait se préparer. Avait quitté le gouvernement de Nicolas Sarkozy, réuni les radicaux valoisiens, le Nouveau Centre dans une “alliance centriste” et faisait monter la pression pour les élections présidentielles de 2012. Mais dimanche soir, de manière assez inattendue, Jean Louis Borloo, sur le plateau du journal de 20h de TF1 a annoncé qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle de 2012. Pour justifier sa position, Borloo a invoqué deux arguments. Le manque de dynamique de l’alliance centriste, qui ne permettrait, pas, selon lui, d’accéder au second tour de la présidentielle. Et deuxièmement, une “crise sans précédent”.

Depuis cette annonce, les commentaires vont bon train. Sur les causes comment conséquences de cet abandon. Certains y voient les manœuvres post électorales de Sarkozy, d’autres un manque d’ambition et de volonté. La gauche pointe un Borloo qui a participé à tous les gouvernements de droite. Et soutenu toutes les mesures décidées par Nicolas Sarkozy. La droite souligne le caractère “responsable” de cette décision. Une candidature Borloo aurait, sans nul doute, grappillé quelque voix au possible candidat Sarkozy …

Mais, politiquement, l’annonce de Borloo crée manifestement un appel d’air au centre de l’échiquier politique et un vide pour ses proches comme Rama Yade. Borloo rejoindra t il l’UMP et Sarkozy ? Fera t il un pas vers un Bayrou ou un Villepin ?

Photo CC/Pa83 : Jean Louis Borloo, Christian Estrosi, Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.