Michel Platini veut lutter contre les matchs truqués

Dans le cadre des activités de l’Accord partiel élargi sur le sport (APES), les Délégués des Ministres du Conseil de l’Europe auront un échange de vues ce mercredi 28 septembre avec Michel Platini (Président de l’UEFA) et Snežana Samardžić-Marković (Ministre de la Jeunesse et des Sports de Serbie), auquel participera la Secrétaire Générale adjointe du Conseil de l’Europe Maud de Boer-Buquicchio. Chantal Jouanno, ex-Ministre des Sports de la France, adressera une déclaration écrite aux Délégués des Ministres.
Le Comité des Ministres procèdera à l’adoption d’une Recommandation aux Etats membres sur la promotion de l’intégrité du sport pour lutter contre la manipulation des résultats, notamment les matchs arrangés.

Depuis des années, le Conseil de l’Europe a eu un rôle de précurseur dans le développement des droits de l’homme et la mise en place d’une culture démocratique au moyen du sport. Un partenariat intergouvernemental paneuropéen a débouché sur une série de conventions et de chartes qui fixent des normes, assurent un suivi et prévoient une assistance technique, et a abouti à des positions coordonnées avec d’autres organisations internationales (UNESCO ou AMA) et des organes du mouvement sportif (FIFA ou UEFA).

L’Accord partiel élargi sur le sport (APES) a été créé en 2007 pour traiter les problèmes actuels qui se posent dans le sport en Europe. L’APES sert de plate-forme entre les pouvoirs publics des 34 Etats membres, favorise le dialogue entre les ministères, les fédérations sportives et les ONG, en veillant au respect des valeurs éthiques et positives.

Les matchs truqués sont un nouveau « défi » lancé à l’éthique sportive, comme il a été dit à la Conférence ministérielle du Conseil de l’Europe de 2008 à Athènes. De plus, le trucage des matchs est perçu comme une menace pour la gouvernance démocratique du sport, l’Etat de droit et l’ordre public.
Cet échange de vues au Comité des Ministres sera la première rencontre importante de Michel Platini avec les autorités publiques européennes depuis sa ré-election comme président de l’UEFA. La mise en œuvre des procédures de lutte contre la violence des spectateurs demeure un sujet d’actualité.

La Convention européenne sur la violence et les débordements de spectateurs lors de manifestations sportives et notamment de matches de football (STE n° 120) a été élaborée à la suite de la tragédie du Heysel, à Bruxelles (mai 1985), dans le but de lutter contre le hooliganisme en Europe. Elle engage 41 Etats Parties à prendre des mesures pratiques pour prévenir et maîtriser la violence et pour assurer la sécurité des spectateurs lors des manifestations sportives. Elle définit des méthodes pour identifier et poursuivre les délinquants, en s’appuyant également sur la coopération policière et l’échange d’informations.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.