La Charte de la vie nocture vise aussi à lutter contre les discriminations

Fotolia_6473914_SIl s’agit selon le communiqué officiel de “Préserver la tradition festive en respectant la tranquillité des habitants” un véritable chemin de crête dans une ville qui compte une importante communauté étudiante. Et une longue tradition festive liée, notamment, à sa proximité avec l’Espagne. Vendredi 23 septembre, les élus de la Ville de Toulouse ont adopté à l’unanimité la charte de la vie nocturne. Cette charte va être proposée par la Ville aux bars, restaurants et discothèques de Toulouse le 3 octobre, a pour ambition de préserver la tradition festive de la ville tout en respectant la tranquillité des habitants.

Elle vise à “encourager les bonnes pratiques du bon millier d’établissements que compte Toulouse. Enfin, et dans le prolongement des arrêtés municipaux encadrant la vie nocturne, elle engage ses signataires à adopter des comportements favorables à la santé de tous, et particulièrement des jeunes“. Il s’agit, en substance, d’un rappel à une série de règles existant déjà au niveau national : lutte contre l’alcoolisme, prévention du tapage nocturne et lutte contre les discriminations.

«Depuis trois ans, nous agissons de manière réfléchie et raisonnée en faveur de la tranquillité, en favorisant une approche partenariale, en inventant de nouveaux outils et de nouveaux métiers. L’Office de la tranquillité – unique en France – le recrutement de médiateurs, les actions de prévention contre l’alcoolisme, le défi propreté, vont dans ce sens. Je me réjouis que le dialogue soit ainsi ouvert pour accompagner les évolutions de la vie nocturne toulousaine, pour le plus grand bénéfice de ceux qui viennent se divertir, comme de ceux qui aspirent à la tranquillité.» a souligné Pierre Cohen.

Les gérants de débits de boissons sont activement visés par cette charte déjà signée par le Syndicat National des Hôteliers, Restaurants, Cafetiers et Traiteurs ; Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière : la Fédération de Cafés Culture ou le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs. A titre individuel, les exploitants sont eux aussi invités à signer la charte. Elle leur impose une série d’obligations : respect du code de débits de boisson, lutte contre les discriminations ou respect “dispositions règlementaires en vigueur relatives à la diffusion habituelle de musique amplifiée”.

Retour de l’ordre moral dans une ville marquée par un forte tradition festive ? Par arrêtés municipaux en date du 16 août 2011 la ville de Toulouse avait déjà affirmé sa volonté de lutter contre les ventes d’alcool à emporter illicites et les consommations de boissons alcoolisées sur le domaine public dans le centre ville.

Photo © Raulmahón – Fotolia.com : Cette charte de la vie nocturne a été votée à la veille de l’inauguration de la traditionnelle fête saint michel. La ville de Toulouse est particulièrement réputée pour son été indien et ses soirées de rentrée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.