Après Fukushima : stress test pour les centrales nucléaires françaises

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a mis en place une équipe spéciale afin de coordonner la mise en oeuvre du Plan d’;action sur la sûreté nucléaire et garantir une bonne coordination avec toutes parties prenantes.

Les 12 points du Plan d’action décidés après l’incident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima Daichii en mars 2011 ont été approuvés par le Conseil d’administration des gouverneurs de l’AIEA le 13 septembre dernier ainsi que par les 151 Etats membres à l’occasion de la Conférence générale de l’AIEA la semaine dernière à Vienne.

« Le Plan d’action nécessite un suivi immédiat », a estimé le Directeur exécutif de l’AIEA, Yukiya Amano, qui a confié cette tâche à une équipe de coordination.

« Cette équipe compacte devra assister le Directeur général adjoint (Denis) Flory afin de mettre en oeuvre les mesures d’accord du Plan d’action », a-t-il ajouté.

Gustavo Caruso, le Chef des activités de régulation de la Division de la sûreté des installations de l’agence onusienne, a été désigné comme Coordonnateur spécial de l’équipe.

Les éléments clés du Plan d’action incluent un accord entre tous les Etats membres ayant un programme nucléaire pour entreprendre rapidement une évaluation nationale de la conception des centrales nucléaire afin de mesurer leurs résistance à des phénomènes naturels extrêmes sur la base des leçons de la centrale de Fukushima Daiichi et de prendre des mesures correctives si nécessaire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.