Frelons asiatiques : comment s’en préserver

494px-Vespa_velutina_08Le frelon asiatique (Vespa velutina) est, comme tous les frelons, une grosse guêpe. Cette espèce est originaire d’Asie du Sud-Est. Ce frelon a été observé pour la première fois en France en 2004 dans le Lot-et-Garonne. Il pose aujourd’hui des problèmes à Toulouse et dans la région. S’il n’est pas agressif envers l’homme tant qu’il ne se trouve pas à proximité de son nid (4 à 5 mètres), sa piqure peut cependant se compliquer et provoquer dans les cas les plus sévères un choc respiratoire et une dilatation très importante des vaisseaux sanguins, et donc une chute brutale de tension qui peut être fatale.

Que faire en cas de piqure ?
Lorsque l’on est victime d’une piqûre de guêpe, d’abeille ou de frelon, il faut au plus vite approcher de la plaie une source de chaleur (le bout incandescent d’une cigarette) car le venin est thermolabile (détruit par la chaleur). On peut ensuite prendre des Antihistaminiques (type Zyrtec ou Aerius) et aux premiers symptômes inquiétants, appeler les secours.

Comment s’en préserver ?
L’abat-guêpe est un outil facile à réaliser soi-même en utilisant une baguette de trente centimètres dont l’extrémité sera engluée (colle à rat, colle arboricole). La capture s’effectue par un « touché collé » déconcertant de facilité. C’est un moyen de lutte alliant sélectivité et respect de l’environnement qui permet la capture des jeunes fondatrices appâtées au printemps sur des mangeoires contenant cires, bière brune, miel et protéines (viande de poisson, crevette). En se rendant toutes les deux ou trois heures près de la mangeoire, on peut éliminer facilement les fondatrices présentes sans toucher en aucune façon les insectes utiles (bien au contraire puisqu’ils trouvent une source d’alimentation dans la mangeoire). L’approche d’une fondatrice est particulièrement bruyante et caractéristique.
Pour exploiter le principe de « territorialité » et limiter la propagation de l’espèce, il faut impérativement arrêter la capture des fondatrices errantes dès qu’un nid prospère est localisé dans ou aux abords de votre propriété afin de ne pas en tuer « sa » reine. Ce nid se chargera d’interdire l’implantation d’une colonie cachée et hors contrôle. Il sera détruit mi-juillet, période à partir de laquelle les fondatrices ne sont plus en mesure de conduire à terme une nouvelle colonie.

On peut placer des pièges à guêpes et frelons15 à proximité d’un rucher pour limiter la pression de prédation. Pour éviter que les pièges à guêpes et frelons ne piègent aussi les abeilles, il est absolument impératif de ne pas mettre un attractif sucré à l’intérieur (exclure le miel notamment) mais un attractif protéiné disponible en jardinerie ou chez les revendeurs de matériel apicole. Le mélange bière brune, cassis, vin rouge est tout aussi attractif pour le frelon et refusé par l’abeille.

(avec Wikipedia CC BY-SA 3.0)

Photo CC/BlueGinkgo : le frelon asiatique ou Vespa velutina

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.