Vers la fin des essais nucléaires ?

À l’occasion d’une réunion spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la question des essais nucléaires, la Vice Secrétaire générale de l’ONU, Asha-Rose Migiro, a salué la décision du Kazakhstan il y a 20 ans de fermer le complexe d’essais d’armes nucléaires à Semipalatinsk et a rappelé la nécessité d’une interdiction complète des essais nucléaires à travers le monde.

« Sur ce site, 500 essais d’armes nucléaires ont été effectués et ont exposé des civils aux effets néfastes de la radiation nucléaire et ont entraîné une dégradation environnementale et de grandes pertes économiques. Je souhaite exprimer mon soutien au gouvernement et au peuple de Kazakhstan qui surmontent les effets de ces tests », a déclaré Mme Migiro dans un discours lors de cette réunion commémorant la Journée internationale contre les essais nucléaires.

La Journée internationale contre les essais nucléaires, commémorée le 29 août, est une occasion de mettre en avant l’importance et l’urgence d’un monde sans essais nucléaires et sans armes nucléaires. Il existe un grand potentiel pour atteindre cet objectif, mais pour cela il est nécessaire de redoubler d’efforts pour utiliser la dynamique qui existe actuellement. Les moratoires volontaires de la part des nations qui disposent d’armes nucléaires sont positifs, mais ne constituent en aucun cas une alternative à la prohibition légale, selon Mme Migiro.

« J’encourage tous les Etats qui n’;ont pas encore ratifié le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires de le faire au plus vite. Il est temps que ce traité entre en vigueur. Cela donnerait un nouvel élan à l’opposition mondiale contre les armes nucléaires », a souligné la Vice Secrétaire générale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.