Les casques bleus restent au Liban

Exprimant la vive préoccupation que lui inspirent toutes les dernières violations graves, en date des 15 mai et 1er août 2011, de la résolution 1701 (2006), et condamnant les attentats terroristes des 27 mai et 26 juillet visant des Casques bleus, le Conseil de sécurité a décidé mardi de proroger le mandat de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) jusqu’au 31 août 2012.

En adoptant à l’unanimité de ses 15 membres la résolution 2004 (2011), le Conseil demande énergiquement à toutes les parties intéressées de respecter la cessation des hostilités, de prévenir toute violation de la Ligne bleue et de respecter celle-ci dans sa totalité, et de coopérer pleinement avec l’ONU et la FINUL.

Dans une lettre dont était saisie le Conseil, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, indique que, outre les incidents signalés ci-dessus, « les patrouilles et le personnel de la FINUL se sont heurtés à des comportements hostiles, et des restrictions ont été imposées à leur liberté de circulation dans la dernière partie du mois de juin 2011 ». Dans plusieurs cas, spécifie le rapport, des pierres ont été jetées et des civils ont confisqué au personnel de la FINUL du matériel appartenant à l’Organisation, dont des appareils photographiques, des systèmes d’information géographique, du matériel de transmissions et des cartes topographiques.
Aux termes de la résolution adoptée mardi, le Conseil condamne dans les termes les plus vifs tous les attentats terroristes visant la FINUL et demande instamment à toutes les parties d’honorer scrupuleusement l’obligation qui leur est faite de respecter la sécurité du personnel de la FINUL et de veiller à ce que la liberté de circulation de ses personnels soit pleinement respectée et exempte d’entraves.

La résolution prie instamment toutes les parties de coopérer pleinement avec le Conseil et avec le Secrétaire général pour réaliser des progrès tangibles vers un cessez-le-feu permanent et une solution à long terme, tel qu’envisagé par la résolution 1701 (2006), et elle souligne que les parties doivent en faire plus pour progresser vers la pleine application de la résolution 1701.
Le Conseil engage le gouvernement israélien à accélérer sans plus tarder le retrait de son armée de la partie nord de Ghajar, en coordination avec la FINUL. Il réaffirme enfin son appel demandant à tous les États d’appuyer et de respecter pleinement l’instauration, entre la Ligne bleue et le Litani, d’une zone d’exclusion de tout personnel armé, biens et armes autres que ceux déployés dans la zone par le gouvernement libanais et la FINUL.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.