A la veille du Ramadan, la Libye en crise humanitaire

Une mission conjointe d’organisations humanitaires de l’ONU, qui s’est rendue à Tripoli, la capitale de la Libye et d’autres zones du pays, a indiqué qu’à certains endroits les populations civiles n’ont pas accès aux soins de santé où souffre de pénurie de nourriture.

« Même si la mission a pu observer une certaine normalité à Tripoli, des groupes de personnes vulnérables ont besoin d’une assistance humanitaire urgente », a déclaré mardi le Coordinateur humanitaire de la mission conjointe, Laurence Hart, dans un communiqué.

La mission conjointe de l’ONU était composée des membres du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Fonds des Nations Unies pour les populations (FNUAP), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Parmi les priorités les besoins urgents figurent la nécessité de soigner les personnes blessées dans les conflits. Les services de santé sont débordés et la situation sanitaire est aggravée par le fait que de nombreux membres du personnel médical étranger ont quitté le pays depuis le début de la crise et que des fournitures sanitaires et les médicaments commencent à manquer. La mission onusienne a également constaté de graves problèmes psychosociaux notamment parmi les femmes et les enfants.

Les denrées alimentaires restent disponibles sur les marchés mais deviennent chers et le système de distribution semble fragile ce qui est une source d’inquiétude à la veille du mois du ramadan.

La mission onusienne s’est également rendue à Al-Khoms et à Zletan à l’est de la capitale, à proximité de la ligne de front où les combats font rage ainsi que dans la région montagneuse de Gharyan à l’ouest. Toutes ces localités ont vu arriver de nombreux déplacés internes et la mission a eu l’occasion de discuter des besoins à la fois de la population locale et de ceux qui ont été déplacés par le conflit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.