7000 casques bleus pour aider le nouvel Etat du Sud Soudan

Alors que le Sud-Soudan s’apprête à fêter son indépendance le 9 juillet, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté vendredi une résolution créant la Mission d’assistance des Nations Unies en République du Sud-Soudan (MANURSS) pour une période initiale d’un an.

« Votre pays est en train de vivre un moment historique. Demain le Sud-Soudan va déclarer son indépendance », a déclaré vendredi le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, alors qu’il était en route pour Juba, la capitale du Sud-Soudan. « Le moment est venu pour tous les Soudanais, du nord et du sud, de s’unir pour préparer leur avenir commun ».

La MANURSS comportera au maximum 7.000 militaires, dont des officiers de liaison militaire et des officiers d’état-major, jusqu’à 900 membres de la police civile, ainsi qu’une composante civile. La Mission aura pour mandat de consolider la paix et la sécurité, et d’aider à établir les conditions propices au développement afin de renforcer la capacité du gouvernement de la République du Sud-Soudan à administrer efficacement et démocratiquement la nouvelle nation.

La Mission de l’ONU devra appuyer « le gouvernement de la République du Sud-Soudan dans les domaines de la transition politique, de la gouvernance et de l’instauration de l’autorité de l’État » afin de mettre en place « un processus constitutionnel ouvert à tous », d’organiser des élections ainsi que d’;appuyer la création « de médias indépendants » et d’ « assurer la participation des femmes aux organes de décision ».

Les experts de l’ONU appuieront le gouvernement pour la réalisation d’enquêtes sur « la situation des droits de l’homme et les menaces qui pèsent sur la population civile », ainsi que sur les « risques de violation et les violations effectives du droit international humanitaire et du droit relatif aux droits de l’homme ».

Les Casques bleus auront aussi pour mission d’assister le gouvernement sud-soudanais notamment l’armée et la police aux échelons national et local pour que le nouvel Etat exerce la « responsabilité de protéger les civils, conformément au droit international humanitaire, au droit relatif aux droits de l’homme et au droit des réfugiés ».

Les membres du Conseil de sécurité ont demandé « aux autorités de la République du Sud-Soudan de combattre l’impunité et de tenir comptables de leurs actes tous les auteurs de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, y compris celles commises par des groupes armés illégaux ou des éléments des Forces de sécurité de la République du Sud-Soudan ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.