la Pologne préside l’Union européenne, mise en garde du HCR sur le droit d’asile

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a publié vendredi ses recommandations à l’attention de la Pologne sur l’avancement du programme de l’Union européenne en matière d’asile, au début de sa Présidence de l’Union européenne jeudi. Ce sera la première fois que la Pologne assure la Présidence tournante de l’UE depuis qu’elle a rejoint l’Union européenne en 2004.

Dans ce document, le HCR souligne le fait que la Pologne assume la Présidence à l’occasion du 60e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés -celle-là même qui a protégé de nombreux réfugiés polonais durant les 40 premières années de l’existence de la Convention. Aujourd’hui la Pologne est elle-même un pays d’asile. L’année dernière, 6.540 personnes ont déposé une demande d’asile en Pologne, ce qui en fait le 10e pays d’accueil parmi les 27 Etats membres de l’UE, a souligné un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

Les recommandations du HCR couvrent quatre domaines : le besoin pour l’Europe de garder ses frontières ouvertes pour les personnes qui fuient la crise en Libye, et de montrer une solidarité envers la Tunisie et l’Egypte, qui sont des pays de premier asile ; l’importance d’efforts continus pour construire la capacité d’accueil en matière d’asile et l’espace de protection dans les pays situés à la frontière orientale de l’UE ainsi que dans l’ouest des Balkans ; le travail qui reste à faire pour aboutir à un véritable système d’asile européen commun, en raison d’incohérences majeures dans la pratique des pays de l’UE ; la contribution potentielle de l’UE aux Commémorations du HCR en 2011 pour le 60e anniversaire de la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés et le 50e anniversaire de la Convention de 1961 sur la réduction de l’apatridie.

Le HCR encourage l’UE à se joindre à la réunion ministérielle de décembre prochain, organisée par le Haut Commissaire, avec des engagements d’actions concrets en particulier dans le domaine de la réinstallation des réfugiés. Le HCR exhorte par ailleurs les pays de l’UE à adhérer aux Conventions de 1954 et de 1961 sur l’apatridie, en soulignant que seuls 14 des 27 Etats membres de l’UE sont des Etats parties à ces deux instruments.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.