Le LIban toujours privé de gouvernement

Le Coordonnateur spécial de l’ONU pour le Liban, Michael Williams, a appelé vendredi les autorités libanaises à former un gouvernement le plus vite possible, soulignant que de nombreux problèmes de nature politique, sociale et confessionnelle devaient être réglés.

M. Williams a rencontré vendredi le président du Parlement, Nabih Berri. Les deux hommes ont aussi abordé les changements politiques et sociaux en cours dans la région. Le Coordonnateur spécial a insisté sur le fait que « tous les gouvernements doivent respecter les droits de l’homme et engager un dialogue ».

Ils ont aussi abordé les questions maritimes, réitérant la position de l’ONU sur le fait que le Liban est en droit de prendre les mesures nécessaires à l’exploitation des ressources dans ses eaux territoriales.

« C’est une raison de plus pour former un gouvernement aussi rapidement que possible », a conclu M. Williams.

Le gouvernement libanais de coalition dirigé par Saad Hariri s’est effondré en janvier dernier, après la démission de onze ministre proche du Hezbollah opposés à la poursuite de la coopération avec le Tribunal spécial de l’ONU pour le Liban chargé d’enquêter sur l’assassinat, en 2005, du Premier ministre en fonction, Rafic Hariri, et de 22 autres personnes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.