Assassinat de Patricia Bouchon, 3 mois après, le meurtrier court toujours

800px-Police-p1030626Les analyses des traces ADN recueillies sur le corps de Patricia Bouchon vont elles permettre de faire aboutir l’enquête ? Retrouvée morte le 29 mars dernier à une dizaine de kilomètres du lieu de sa disparition, Bouloc, Patricia Bouchon avait disparu depuis le 14 février. 3 mois après les forces de l’ordre n’ont toujours pas procédé à des mises en examen. Et le mystère reste entier. Et ce d’autant plus que la presse fait état d’éléments troublants. D’une part un gant aurait été retrouvé dans la gorge de la victime sans que le procureur de la République de Toulouse ne confirme cette information. D’autre part, deux témoignages recueillis par la dépêche du midi au terme desquels, un homme aurait prononcé tôt ce jour là dans les rues de Bouloc un étrange “excuse moi excuse moi”. Là encore ces témoignages n’ont pas été confirmés par les enquêteurs.

Seuls faits officiels : le cadavre de Patricia Bouchon portait de nombreuses traces de coups et elle est probablement morte étranglée. Elle n’aurait pas toutefois été violée. Un meurtre particulièrement odieux pour cette mère de famille, assistante dans un cabinet d’avocat toulousain.

Malgré les importants moyens déployés, l’enquête semble aujourd’hui piétiner. La piste d’un pervers sexuel aujourd’hui incarcéré pour une autre affaire n’a pas pour l’heure abouti. Et les deux mises en garde à vues pour les besoins de l’enquête se sont soldées par des remises en liberté.

Début mai, soit 3 mois après cette disparition, le meurtrier court toujours.

Photo CC/Rama

2 réflexions au sujet de “Assassinat de Patricia Bouchon, 3 mois après, le meurtrier court toujours”

  1. Nn, désolé mais moi je pense plutôt à quelqu’un qui la rencontrer au cabinet d’avocats ou elle travaillé.Peut-être une personne en colère de ne pas avoir gagner un procès ou dans ce genre là! Voilà ce que je pense, après nous ne savons pas et il faut laisser les enqueteurs travailler!

  2. Mme BOUCHON connaissait son agresseur : son amant jaloux ? quelqu’un de son bureau ? à qui elle faisait du chantage et qui s’est mis en colère ? Ils ont discuté dans la voiture ensemble et ne se sont pas mis d’accord. Très énervé et en colère, l’individu l’a tuée. Il avait au préalable prévu qu’ils ne se mettraient peut être pas d’accord et avait amené des gants. Je suis convaincue que cela s’est passé comme çà. Il ne voulait pas la tuer mais comme cette femme n’avait pas froid aux yeux (pour sortir toutes les nuits à 4 H 30) et lui a tenu tête, il n’a pas hésité car il n’en pouvait sans doute plus. On connait tous la suite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.