Mort d’Oussama Ben Laden : justice est elle rendue ? Point de vue

binladen“Les exceptions sont les échafauds des principes” par Romain Cujives,

Tout le monde se réjouit aujourd’hui de la mort d’Oussama Ben Laden, certains déclarent même que justice est faite. L’atrocité des crimes revendiqués par ce dernier légitime-t-elle pour autant l’usage de la violence et ici de la mort comme un biais possible pour rendre justice ?

Que les plus hautes autorités américaines se réjouissent d’un tel événement est parfaitement intelligible, eu égard au fait qu’elles défendent en politique intérieure la peine de mort comme une réponse pénale. Mais nous, Français, attachés indéfectiblement, je l’espère, à l’abolition de la peine de mort, n’avons-nous pas le droit de signaler que nous aurions préféré que Ben Laden soit traduit devant les tribunaux ? Cette simple remarque doit-elle faire de nous l’allié des terroristes ? Si tel est le procès que l’on prépare à ceux qui oseront lever la voix, nous devrons rappeler qu’il est de notre devoir d’affirmer qu’aucun crime ne peut donner à la société le droit de prendre la vie d’un homme et de dire enfin que, concernant la peine de mort, il ne peut y avoir d’exception, d’entorse à la défense de l’abolition.

Nous parlons en effet ici de valeurs, d’une vision, d’un paradigme en matière de Droits des l’Homme qui ne peut souffrir d’aucune ambiguïté. Les exceptions sont les échafauds des principes. Permettre la peine de mort pour une personne, c’est en réalité la défendre dans sa globalité, inversement la combattre toujours, ça n’est pas faire preuve d’angélisme coupable, c’est défendre une société sortie de l’obscurantisme, du populisme et des réflexes médiévaux.

Si Oussama Ben Laden a été assassiné et s’il s’agissait par ce truchement de rendre justice, alors nous devrons avoir le courage de ne point accepter les sermons des défenseurs de la realpolitik, ceux-là mêmes qui font primer la force sur le droit, alors que nous savons bien qu’il ne peut y avoir force légitime sans droit établi, un droit que nous pouvons espérer émanciper de nos bas instincts de vengeance pour s’approcher de nos idéaux de justice.

Photo Toulouse7.com : capture d’écran, 2007: Ben Laden réapparait en vidéo

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.