Baisse du Chômage : la CGT constate que “Pôle emploi ne désemplit pas”

398px-Unemployed_Man_-_Exhibitor_at_APExpo_2010_012« Malgré les annonces faites, Pôle emploi ne désemplit pas » constate jeudi le syndicat CGT, au lendemain d’une nouvelle baisse du chômage. “Avec 700 000 demandeurs d’emploi de plus qu’avant la crise, le gouvernement a-t-il le droit de crier victoire ?” constate le syndicat de Bernard Thibault.

“Certes, certains chiffres du chômage en mars 2011 sont en baisse, mais relativisons les déclarations de nos ministres beaucoup trop prompts à l’autosatisfaction.” indique même la Centrale qui constate qu’en “effet, le nombre de chômeurs en catégorie A baisse légèrement sur un mois (0,8 %), alors que sur un an le nombre de salariés privés d’emploi toutes catégories confondues s’est accru de 3,8 %, pour dépasser les 4 millions d’inscrits à Pôle emploi”.

Selon la CGT : La sortie de crise n’est donc pas au rendez-vous, car des tendances inquiétantes subsistent et s’installent. Comme les mois précédents, les chômeurs les plus éloignés de l’emploi sont venus grossir les rangs des demandeurs d’emploi : La progression du chômage de longue durée ne se dément pas avec 1 531 000 personnes inscrites depuis plus d’un an, soit 6 000 de plus qu’en février. Cette inertie du chômage de longue durée est très préoccupante, car elle risque d’exclure définitivement du marché du travail toute une partie de la population. Le chômage des plus de 50 ans continue également sa progression mois après mois. Ils sont aujourd’hui 769 700, soit une progression sur un an de 14,2 % (1,2 % sur un mois). La réforme des retraites ne devait-elle pas encourager les employeurs à maintenir dans l’emploi les seniors ? Tel n’est malheureusement pas le cas et ce n’est pas une surprise pour la CGT. le nombre de chômeurs ayant une activité réduite en catégories B et C augmente respectivement de 4,8 % et de 14,7 % sur un an. Ces chiffres confirment l’installation de la précarité des salariés, surtout lorsque l’on sait que seulement une embauche sur dix se fait en CDI.”

“Alors que Xavier Bertrand prétend qu’une « nouvelle tendance se dessine », la CGT ne peut que constater que la précarité s’installe durablement et que la revendication pour le plein emploi reste plus que jamais d’actualité” souligne le communiqué qui reprend les constations faites jeudi matin par le leader de la CFDT François Chérèque.

“Le 1er mai doit être une des occasions pour porter cette exigence et dénoncer la politique gouvernementale de l’emploi trop éloignée d’une véritable action, pour que toutes et tous bénéficient d’un travail digne de ce nom” annonce la CGT.

Photo CC/Guillaume Paumier : Un super héros typiquement américain “Unemployed man” (l’homme au chômage) à San Francisco

1 Commentaire

  1. C’est très mignon de commenter des chiffres loin de la réalité humaine qu’ils représentent, un amoncellement de vies brisées. Les syndicats sont des vendus au système, tout juste bons à organiser des actions éparses pour maintenir les privilèges corporatistes.
    Tel le bon contrôleur SNCF syndiqué qui manchera sans état d’âme un précaire n’ayant pas les moyens de ce payer un billet de train ou organisera une grève lorsque le dépourvu se rendra à son entretien d’embauche.
    Les syndicats n’ont qu’une fonction: canaliser le mécontentement social pour mieux l’étouffer.
    Pour les commentaires, je préfère les sociologues, les journalistes et non des anciens ouvriers spécialisés désormais planqués dans des bureaux, ayant su se distinguer du lot grâce à leur magnétisme lié à leur grande gueule.
    Leurs seuls rôles aujourd’hui COMMENTER !!! et le rôle des précaires: JUSTIFIER LEUR PLACE ET CREVER !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.