7e jour de guerre en Libye : l’OTAN et les Emirats Arabes Unis dans la coalition

760px-US_Navy_110320-F-NI989-135_A_crew_chief_from_the_52nd_Aircraft_Maintenance_Squadron_marshals_an_F-16_Fighting_Falcon_out_Sept jours après le vote de la résolution 1973 par le Conseil de sécurité, instaurant notamment une zone d’exclusion aérienne au dessus du territoire libyen et appelant à un cessez-le-feu, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, présentait au Conseil de sécurité son premier rapport sur la mise en oeuvre de cette résolution. Devant les 15 membres, il a d’abord rappelé que « la résolution 1973 réaffirme la souveraineté libyenne, son intégrité territoriale et exclut explicitement toute occupation du territoire libyen ». Indiquant que cette question a dominé les entretiens qu’il a pu avoir lors de ses récents déplacements, la Secrétaire général a expliqué avoir à chaque fois « pris soin de souligner que les opérations entreprises étaient dictées par un objectif : sauver les vies de civils innocents ».

le Qatar et les Émirats Arabes Unis

Après avoir clarifié une nouvelle fois les objectifs des opérations entreprises par des Etats membres dans le cadre de la résolution 1973, Ban Ki-moon est revenu sur les annonces répétées de cessez-le-feu faites par les autorités libyennes. « Nous ne voyons aucune preuve de cela », a-t-il indiqué, « au contraire, des batailles acharnées se poursuivent dans et autour d’Ajdabiya, Misratah et Zitan ». « En bref, il n’existe aucune preuve que les autorités libyennes ont pris des mesures pour s’acquitter de leurs obligations en vertu de la résolution », a-t-il encore ajouté.

Revenant sur les consultations entreprises par son Représentant spécial pour la Libye, Abdul Ilah Khatib, Ban Ki-moon a expliqué que celui-ci avait rencontré le ministre libyen des affaires étrangères à Tripoli le 13 mars et lui avait rappelé « de manière claire et sans équivoque la position de la communauté internationale : les attaques contre les civils doivent cesser, ceux qui sont responsables de crimes contre les civils doivent rendre des comptes, un accès humanitaire sécurisé doit être assuré, les résolution 1970 et 1973 doivent être appliquées ».

M. Khatib a eu également des entretiens le 21 mars avec des dirigeants de l’opposition libyenne, dont le Président du Conseil national de transition (CNT). « Ils ont une nouvelle fois exprimé leurs appels au cessez-le-feu et à la levée du siège imposé par les forces gouvernementales. Ils se sont aussi dit profondément préoccupés par les souffrances imposées au peuple libyen ».

tractations diplomatiques en coulisses

Pour clore le volet diplomatique de ce dossier, Ban Ki-moon a indiqué qu’Abdel Ilah Khatib participerait vendredi à la réunion de l’Union africaine (UA) convoquée à Addis Abeba et à laquelle participeront des représentants du régime libyen et de l’opposition.

S’agissant de la situation humanitaire, le Secrétaire général a rappelé que 335.658 personnes avaient fui la Libye depuis le début de l’insurrection en février, que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale des migrations (OIM) avaient pris en charge le rapatriement de 60.000 expatriés bloqués en Tunisie ou en Egypte après avoir quitté la Libye, et que 9.000 étrangers désireux de quitter le pays y étaient encore bloqués.

« L’ONU et les autorités libyennes continuent d’avoir un avis divergent sur l’analyse de la situation humanitaire, notamment son ampleur », a-t-il expliqué, avant de regretter qu’« aucun accord n’ait été trouvé sur la manière dont une mission d’évaluation de l’ONU pourrait être mise en place ».

« La visite de mon Envoyé spécial a été trop courte pour évaluer la situation des droits de l’homme », a encore ajouté le Secrétaire général, qui a toutefois estimé que « des signes inquiétants » avaient été identifiés, dont « des menaces et des incitations à la haine contre l’opposition armée ».

« Les menaces du Colonel Kadhafi sont diffusées en boucle sur la télévision nationale et les journalistes continuent d’être arrêtés », a-t-il encore expliqué, avant de citer les témoignages de correspondants étrangers faisant état d’une « population terrifiée », « de contrôles étroits des forces de sécurité » et « d’arrestations et de disparitions » d’opposants.

Ban Ki-moon a conclu son exposé en indiquant que les autorités libyennes avaient accepté de coopérer aux travaux d’une commission d’enquête internationale mise en place par le Conseil des droits de l’homme, pour examiner d’éventuelles violations du droit international et des droits de l’homme en Libye.

Il a par ailleurs indiqué que « le Royaume-Uni, la France, les États-Unis, le Danemark, l’Espagne, le Canada, l’Italie, le Qatar, la Belgique, la Norvège et les Émirats arabes unis » lui avaient envoyé « des lettres notifiant leur participation à la mise en oeuvre de la résolution 1973, en conformité avec ses dispositions ».

« Nous avons également reçu une notification de l’OTAN, indiquant sa décision de commencer une opération en soutien à l’embargo sur les armes imposé à la Libye en vertu des résolutions 1970 et 1973 », a-t-il ajouté.

Les opérations militaires

Photo DP/U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Benjamin Wilson : Sur un plan militaire, les bombardement se poursuivent. Les forces de la coalition continuent de viser des objectifs militaires, dans la région de Tripoli, dans celle de Benghazi. Jeudi, l’armée française a fait état d’un combat aérien entre un avion militaire libyen et un chasseur français. Selon l’armée française, l’avion libyen aurait été abattu. Entre les rebelles et les forces fidèles à Kadhafi, et selon les observateurs présents sur place, les combats se poursuivraient. Jeudi, plusieurs voix se sont élevées, dont celle du philosophe Bernard Henri Levy pour que la communauté internationale arme les insurgés. Enfin, le président de la République française, Nicolas Sarkozy a quant à lui estimé et déclaré publiquement que la chute du dictateur libyen n’était pas du fait de la coalition mais que “les libyens devaient décider du sort de Kadhafi”

Articles Récents

Lourdes, mère et fils associés dans un trafic de drogue

Lourdes, mère et fils associés dans un trafic de drogue

A l'issue d'un banal contrôle routier, la police nationale des Hautes Pyrénées a démantelé un réseau de drogue à Lourdes.…

2 juin 2021
Toulouse – L’Établissement français du sang lance un appel d’urgence à la mobilisation

Toulouse – L’Établissement français du sang lance un appel d’urgence à la mobilisation

Après les jours fériés de mai qui ont causé une baisse importante des réserves de sang, l’EFS constate avec le…

2 juin 2021
Covid19 – sur le front des variants

Covid19 – sur le front des variants

Covid-19 : le variant indien menace le déconfinement du Royaume-Uni. Le gouvernement britannique fait face à de vives critiques mardi…

2 juin 2021
Toulouse – 2 opérations de vaccination exceptionnelles à Reynerie et Bagatelle

Toulouse – 2 opérations de vaccination exceptionnelles à Reynerie et Bagatelle

En parallèle de la campagne de vaccination massive menée sur l'ensemble du territoire pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, la…

1 juin 2021
Cahors, Saint-Cirq-Lapopie, ce que Macron va faire dans le Lot

Cahors, Saint-Cirq-Lapopie, ce que Macron va faire dans le Lot

A quelques jours du premier tour des élections régionales et départementales, le chef de l'Etat Emmanuel Macron se rendra pendant…

1 juin 2021
Occitanie : forte croissance de la filière photovoltaïque

Occitanie : forte croissance de la filière photovoltaïque

La Chambre de Commerce et d'Industrie d'Occitanie vient de publier des données prospectives de la filière photovoltaïques, elles sont très…

1 juin 2021