Japon : hauts niveaux de contamination radioactive mesurés aux alentours de la centrale de Fukushima

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré mardi avoir noté « quelques améliorations » dans la crise nucléaire japonaise tout en soulignant que « la situation restait toujours très grave ». « De hauts niveaux de contamination (radioactive) ont été mesurés aux alentours de la centrale », a dit le Conseiller spécial de l’AIEA sur les questions scientifiques et techniques, Graham Andrew, lors d’un point presse au siège de l’agence onusienne à Vienne sur les problèmes rencontrés par les autorités japonaises à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars. « La plus grande inquiétude réside dans le combustible restant dans le bassin de stockage de chaque réacteur, particulièrement en ce qui concerne le quatrième réacteur », a-t-il ajouté.

épinards radioactifs

Les équipes japonaises sont en train de rétablir les systèmes de refroidissements afin d’empêcher une fusion totale et une libération massive de particules radioactives. Elles ont lâché de l’eau par hélicoptère au dessus des réacteurs et pompé de l’eau en provenance de l’océan pour les refroidir. Graham Andrew a souligné que de hauts niveaux de radiation avaient été détectés dans la nourriture, notamment les épinards, dans des échantillons provenant de 37 endroits différents. « Cela démontre que dans quatre préfectures certains produits alimentaires sont au-dessus des niveaux autorisés », a-t-il souligné.

L’AIEA prévoit d’envoyer une équipe d’évaluation dans des zones situées entre 35 et 68 kilomètres de la centrale et deux autres dans la zone de Fukushima et aux alentours de Tokyo.

Lors d’une conférence de presse à Genève, en Suisse, le porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), Gregory Hartl, a estimé au sujet des niveaux de radioactivité dans l’air « qu’il serait criminel de minimiser les effets localement, mais qu’il serait tout autant criminel de créer une hystérie de masse avec des informations scientifiques ». Il a également recommandé aux populations de ne pas pratiquer l’automédication avec des pilules d’iodes.

Sur le terrain, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé une opération logistique afin de soutenir le gouvernement japonais dans l’acheminement de matériel de secours et de vivres aux communautés touchées par le séisme, le tsunami et la crise nucléaire. « Aujourd’hui le PAM est aux côtés du Japon -l’une des nations les plus généreuses au monde en terme d’assistance humanitaire, et qui a toujours répondu présent pour aider les autres », a souligné la Directrice Exécutive du PAM, Josette Sheeran.

« L’opération d’urgence du PAM est une réponse directe à la demande d’;aide, lancée par le gouvernement japonais, afin de relever les défis logistiques auxquels les Japonais doivent faire face dans leurs efforts de secours héroïques », a-t-elle ajouté.

Les experts en logistique de l’agence sont en train d’acheminer d’urgence des vivres vers les régions affectées, où l’on estime à 350.000 le nombre de personnes qui sont abritées dans 2.100 centres d’accueil. Le PAM organise également la livraison d’entrepôts mobiles qui vont permettre de stocker les vivres à destination des personnes les plus touchées par la catastrophe.

Pour la première fois de l’histoire, l’intégralité des fonds nécessaires pour l’opération du PAM, soit 1,17 million de dollars, a été récoltée grâce aux dons provenant de particuliers, des entreprises et de leurs employés, 36 heures après le lancement de l’appel de fonds.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.