Libye : un journaliste tué à Benghazi

« L’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU, Abdul Ilah Khatib, a quitté mercredi la Libye avec sa délégation, après deux jours de discussions au cours desquelles il s’est fait l’écho auprès de hauts responsables libyens, des appels pressants de la communauté internationale à cesser les combats et la violence, afin d’assurer un accès humanitaire et de travailler à une solution pacifique à la crise », a encore expliqué Martin Nesirky. « Les efforts de l’Envoyé spécial vont continuer, y compris les contacts avec les représentants des groupes politiques libyens à Benghazi, ainsi qu’avec les autorités de Tripoli ».

De son côté, la Directrice de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné l’assassinat d’Ali Hassan Al-Jaber, un cameraman de la télévision Al-Jazira, tué dans une embuscade à la périphérie de Benghazi, samedi 12 mars.

« La mort d’Ali Hassan Al-Jaber donne à la violence et aux intimidations contre les journalistes en Libye une nouvelle dimension extrême et met en lumière les risques pris par les médias pour faire leur travail », déclare Irina Bokova dans un communiqué.

« Tous ceux qui exercent l’autorité en Libye doivent se rendre compte que de tels actes ne feront pas disparaître les problèmes. La paix et le développement dépendent des réponses apportées aux aspirations du peuple libyen, et pas de la répression de la liberté d’expression et du droit du public à être informé », ajoute-t-elle.

Selon Al-Jazira et l’organisation non gouvernementale Reporters sans frontières, Ali Hassan Al-Jaber a été tué quand un tireur non identifié a ouvert le feu sur sa voiture, alors qu’il rentrait à Benghazi après un reportage dans une ville voisine.

L’UNESCO signale que la mort de ce journaliste n’est que le dernier épisode d’une longue série d’attaques contre des journalistes. L’organisation onusienne cite plusieurs autres cas récents: l’arrestation le 9 mars d’Andrei Netto, journaliste pour le quotidien brésilien de Sao Paulo « O Estado »; la disparition de Ghaith Abdul-Ahad travaillant pour le journal londonien « The Guardian » ; les arrestations et tabassages de trois journalistes de la BBC ; l’attentat perpétrés par des assaillants inconnus le 8 mars contre l’Hôtel Ouzo de Benghazi qui accueille des journalistes étrangers.

L’UNESCO dénonce aussi « le brouillage des signaux des médias étrangers et les incitations à la violence contre les journalistes » qui sont le fait des autorités.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.