Libye : 22.000 réfugiés en Tunisie

« Nous assistons à un soutien sans précédent des communautés locales installées près des frontières. Nous saluons l’esprit humanitaire des gouvernements de la Tunisie et l’Egypte qui accueillent et offrent des soins aux personnes fuyant la Libye », a déclaré vendredi une porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Melissa Fleming, lors d’une conférence de presse à Genève.

Appelant la communauté internationale « à fournir une assistance humanitaire » à ces deux Etats, elle a souligné que les autorités tunisiennes et égyptiennes avaient annoncé qu’elles laisseraient leurs frontières ouvertes « pour toutes les nationalités qui veulent fuir les violences en cours en Libye ».

Selon le HCR, qui cite des statistiques du gouvernement tunisien, plus de 22.000 personnes sont arrivées en Tunisie depuis le 20 février, principalement des Tunisiens, mais aussi des Egyptiens, des Turcs, des Marocains, des Chinois et des ressortissants des pays d’Afrique subsaharienne.

« Un petit nombre de Libyens des villages frontaliers ont également franchi la frontière, mais nous craignons que ceux qui sont plus à l’intérieur du pays et dans la capitale, Tripoli, soient empêchés de fuir », a poursuivi la porte-parole de l’agence onusienne.

A la demande du gouvernement tunisien, le HCR a déployé deux équipes au poste frontière de Ras Adjir, chargées de coordonner les efforts de secours avec le Croissant-Rouge tunisien. Elles procèdent aussi à l’identification des réfugiés et apportent un soutien aux plus vulnérables : personnes âgées et enfants non accompagnés.

« Jusqu’à présent, la plupart des arrivants ont été accueillis par la communauté locale dans les centres jeunesse, les écoles et les hôtels ; l’armée tunisienne a également établi un camp de transit, qui peut accueillir jusqu’à 400 personnes », a poursuivi Melissa Fleming, avant d’indiquer que le HCR envoyait sur place des tentes et autres articles de secours pour équiper le camp et lui permettre d’accueillir jusqu’à 10.000 personnes.

A l’est de la Libye, la frontière avec l’Egypte reste ouverte. « Le gouvernement égyptien a indiqué au HCR que les Libyens sont les bienvenus et qu’il est prêt à prendre soin de tous les blessés et les malades qui traversent la frontière», a souligné la porte-parole, ajoutant qu’une équipe du HCR était aussi désormais positionnée à la frontière égyptienne.

« Pendant ce temps en Libye, notre personnel local s’efforcent de rester en contact avec les communauté de réfugiés. Nous avons reçu des appels téléphoniques de ressortissants d’Irak, du Cameroun, de la République démocratique du Congo, de Somalie et d’Erythrée. Ils craignent d’être pris pour cible parce qu’ils sont étrangers, en particuliers ceux d’Afrique sub-saharienne qui son soupçonnés d’être des mercenaires », a-t-elle encore dit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.