La jeunesse Israëlienne et Palestinienne “est prête à la paix”

cujivesConseiller municipal de Toulouse délégué à la vie étudiante, Romain Cujives revient d’un voyage entre Israël et Palestine. Étudiant en géopolitique et auditeur de l’IHEDN, Romain Cujives nous livre ses impressions.

Toulouse7.com-De retour du Moyen Orient : quel fut ton périple ?

Romain Cujives – Je suis parti pour ce voyage d’étude du 26 au 31 janvier, le nombre limité de jours ne m’a pas empêché de découvrir de nombreuses villes et de rencontrer de un nombre important d’ acteurs de la région.

La première journée, nous sommes restés à Tel Aviv pour rencontrer un ministre israélien, Benny Begin, ainsi qu’un professeur de l’université d’Israël, puis pour discuter et échanger avec l’ambassadeur de France. Nous avions consacré notre déjeuner à un échange informel avec les jeunes leaders des partis politiques israéliens. Par la suite, nous nous sommes rendus à Jérusalem puis ce fut le premier contact avec la Cisjordanie, du désert près de Jéricho à la colonie de Ma’aleh Adoumim, en longeant le mur de sécurité. L’armée israélienne nous a d’abord empêché de nous rendre à Hébron où des affrontements entre colons et Palestiniens avaient eu lieu, puis nous sommes partis en direction de Bethléem. Par la suite, nous sommes allés en territoire palestien, à Ramallah, où nous avons rencontré Yasser Abd Rabbo, à Naplouse, et dans le camp de réfugiés de Balata. Notre séjour s’est terminé à Jérusalem à la Knesset, le Parlement israélien, où nous avons rencontré trois députés israéliens.
Un seul regret, nous n’avons pu nous rendre à Gaza pour des raisons de sécurité.

Toulouse7.com – La jeunesse est elle prête à la paix au Moyen Orient ?

Romain Cujives – Je crois qu’elle y est prête et surtout qu’elle l’espère, qu’elle l’attend. La jeunesse israélienne est encore très fortement marquée par le souvenir parfois si récent des attentats et la jeunesse palestinienne aspire aujourd’hui à vivre simplement dans un pays qu’ils n’ont jamais connu mais qu’ils ont si souvent imaginé. Les Palestiniens ne se sentent pas libres aujourd’hui, pas libres de se déplacer, de travailler où et comme bon leur semblerait. On sent chez eux une soif de liberté, une envie d’aller de l’avant pour se bâtir un destin. Chez les Israéliens, l’inquiétude d’être les seuls à vouloir la paix est encore palpable, la détermination à défendre leur pays est sans limite. Parfois, malheureusement, il semble que la résignation prenne le dessus.

Toulouse7.com -Quelles conséquences à ce voyage ?

Romain Cujives – Ce voyage fut particulièrement enrichissant, il invite d’abord et avant tout à la prudence et à la modestie, la prudence car nous parlons bien d’une région en guerre et la modestie car nous ne pouvons que faire face à la complexité de la situation.
Durant ce séjour, je dois avouer être passé par de multiples sentiments. En fonction de nos interlocuteurs, nous avions l’impression que la paix n’était pas loin, presque à bout de bras, et parfois elle semblait au contraire tout simplement impossible.
De ce voyage, de cette découverte, de ces rencontres, je préfère retenir l’espoir d’une résolution prochaine du conflit. Tous les Israéliens ou presque sont bien conscients de la nécessité de voir se créer un véritable Etat palestinien. J’ose ajouter que la majorité d’entre eux le souhaitent. Du côté palestinien, la souffrance et les difficultés de la vie quotidienne n’entament pas la fierté et la détermination que l’on sent présentes à chaque instant. Les dirigeants palestiniens que j’ai rencontré ne tenaient pas de discours extrémistes et défendaient sans sourciller la coexistence pacifique de deux Etats vivant côte à côte.
Pour terminer, il me semble aujourd’hui que la question des frontières n’est plus le problème principal. Des longs échanges que j’ai pu avoir, il me semble que ce qui manque aujourd’hui à cette région du monde est une volonté politique sans faille, la rencontre de deux grands hommes, d’un côté et de l’autre, qui souhaiteraient bouleverser l’histoire en ayant le courage de devancer parfois leurs opinions publiques.

Photo Toulouse7.com : Romain Cujives sur Facebook

Voir les commentaires

  • Je ne vois pas de quel etat vous parlez. Statu quo signifie l'etat d'avant... Seules les forces en presence peuvent dire pacifiquement quel sera l'etat de ce pays apres : pour cela il suffit de regarder l'horizon et de palabrer pour echanger sur les coloris qu'on lui donnerait... Imaginez quel beau tableau cela pourrait faire, au lever du jour, bien sur :-)

  • Bonjour Odile,

    oui je me permets de dire "pour des raisons de sécurité" car c'est ainsi que le consulat de France et les autorités locales ont justifié l'impossibilité pour nous de nous y rendre malgré nos demandes, pourquoi ne partagez-vous pas ces termes ?

    Pour Militanticra, tout le débat entre un Etat ou deux Etats est effectivement une vraie question. Des discussions, rencontres, échanges menés sur place il me semble que la solution avec deux Etats est la plus souhaitable et la plus réaliste, Je comprends néanmoins sans problème que l'on puisse penser différemment. J’ai bien peur pour ma part qu’à souhaiter un seul Etat nous prenions le risque de défendre le statut quo

  • Vous savez comme moi qu'un territoire pour deux Etats n'est pas une solution viable. Imaginez en France un Etat catholiquie et un Etat protestant... IMPENSABLE ! Pour une paix durable, l'unique solution est celle d'un Etat qui rassemble juifs, musulmans et chretiens. D'autant que face a la crise, certains penseurs affirment que des projets d'envergure pourraient permettre d'en sortir... Pourquoi pas celui-la ? D'autant qu'il rassemblerait une meme famille, celle de la culture monotheiste... Et l'ONU serait un outil utile dans ce cadre cadre puisque cet organisme est a l'origine du projet de creation d'Israel...

  • La naïveté de ce jeune homme serait touchante si elle n'était pas dramatique

    Son "pour des raisons de sécurité" à propos de Gaza est inqualifiable

    Qu'appelle-t-il un état palestinien ?

Articles Récents

Lourdes, mère et fils associés dans un trafic de drogue

Lourdes, mère et fils associés dans un trafic de drogue

A l'issue d'un banal contrôle routier, la police nationale des Hautes Pyrénées a démantelé un réseau de drogue à Lourdes.…

2 juin 2021
Toulouse – L’Établissement français du sang lance un appel d’urgence à la mobilisation

Toulouse – L’Établissement français du sang lance un appel d’urgence à la mobilisation

Après les jours fériés de mai qui ont causé une baisse importante des réserves de sang, l’EFS constate avec le…

2 juin 2021
Covid19 – sur le front des variants

Covid19 – sur le front des variants

Covid-19 : le variant indien menace le déconfinement du Royaume-Uni. Le gouvernement britannique fait face à de vives critiques mardi…

2 juin 2021
Toulouse – 2 opérations de vaccination exceptionnelles à Reynerie et Bagatelle

Toulouse – 2 opérations de vaccination exceptionnelles à Reynerie et Bagatelle

En parallèle de la campagne de vaccination massive menée sur l'ensemble du territoire pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, la…

1 juin 2021
Cahors, Saint-Cirq-Lapopie, ce que Macron va faire dans le Lot

Cahors, Saint-Cirq-Lapopie, ce que Macron va faire dans le Lot

A quelques jours du premier tour des élections régionales et départementales, le chef de l'Etat Emmanuel Macron se rendra pendant…

1 juin 2021
Occitanie : forte croissance de la filière photovoltaïque

Occitanie : forte croissance de la filière photovoltaïque

La Chambre de Commerce et d'Industrie d'Occitanie vient de publier des données prospectives de la filière photovoltaïques, elles sont très…

1 juin 2021