Frédéric Lefebvre (une nouvelle fois) dans le collimateur des blogueurs

flGeek bien connu des toulousains et responsable juridique du groupe Overblog Nomao eBuzzing Wikio Experts, Nicolas Poirier vient d’adresser une lettre ouverte lettre ouverte à “Monsieur Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État, chargé du Commerce, de l’Artisanat, des PME, du Tourisme, des services, des Professions libérales et de la Consommation”.
Le texte, publié sur le site PC Impact est très critique à l’égard de la dernière proposition de l’ancien porte parole de l’UMP : multiplier les “enquêtes spécifiques de la DGCCRF pour lutter contre deux dérives préoccupantes : les faux avis de consommateurs et les pratiques commerciales déloyales dans le secteur de la réservation d’hôtels en ligne”.

“le procédé et la manière choisis ne semblent pas des plus pertinents” estime Nicolas Poirier qui voit dans cette proposition du secrétaire d’Etat  un risque majeur : “jeter l’anathème contre les blogueurs et qui n’oseront plus parler de leurs coups de coeur, même spontanément, de peur de devoir en rendre des comptes”.

Le juriste-blogueur préfère prôner une meilleure protection des blogueurs face aux multiples plaintes émises par les professionnels du tourisme contre les avis négatifs. “Une loi qui viendrait renforcer la liberté d’expression en matière de critiques négatives” poursuit le représentant du groupe Wikio.

Partisan déclaré du contrôle d’Internet, Frédéric Lefebvre s’est beaucoup exprimé sur le sujet. Il déclare, en décembre 2008, que « l’absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes », et créant alors un amalgame très controversé entre internautes et trafiquants, proxénètes, racistes, violeurs et psychopathes. Il a également comparé certains sites de streaming illégaux à des dealeurs de drogue et lié éducation des enfants et piratage.

Dans le cadre de la loi Création et Internet, dite loi Hadopi, Frédéric Lefebvre avait déposé un amendement pour taxer les sites collaboratifs au profit de France Télévisions. Il a également défendu un amendement mettant l’Internet français sous tutelle du CSA : « Le CSA, dont chacun se plait à souligner le travail en matière de protection des enfants sur tous les diffuseurs de contenus, doit pouvoir étendre son action à Internet.» Ces positions lui valent en 2009 un Big Brother Award décerné par un jury – composé de journalistes, avocats ou militants associatifs.

Photo CC/Marie-Lan Nguyen/Toulouse7.com : Frédéric Lefebvre à un meeting de la campagne de l’UMP pour les élections régionales de 2010 à Issy-les-Moulineaux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.