Mort d’un universitaire français en Tunise, la France ne condamne pas mais demande une enquête

Malgré les pressions, malgré le décès d’un universitaire franco tunien, le Quai d’Orsay refuse encore de condamner le gouvernement de Ben Ali pour sa gestion violente de la crise en Tunisie. Et ce alors que le bilan des personnes mortes dans les manifestations augmente de jour en jour. Selon la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, 66 personnes auraient trouvé la mort dans les émeutes. Selon l’ONU, le régime de Ben Ali aurait également procédé à de nombreuses arrestations. L’ONU signale des cas de violences illégitimes, de tortures et de mauvais traitement.

Dans ce contexte, voici ce qu’a indiqué jeudi en début d’après midi le compte twitter officiel du Ministère de la défense “Décès de M. Bettahar en Tunisie : mobilisation de l’ambassade et du consulat pour déterminer les circonstances exactes du décès”.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.