Ville et santé au menu du Forum mondial de Kobe au Japon

Alors que plus de la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui dans les zones urbaines, des responsables politiques, des représentants d’organisations non gouvernementales, des professeurs d’universités, des membres des médias et des chercheurs venus de 90 pays de la planète se retrouvent pendant trois jours à Kobe, au Japon, pour un Forum mondial sur l’urbanisation et de la santé, organisé à l’initiative de l’ONU et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Chaque année, 60 millions de personnes supplémentaires s’installent en ville ou dans des agglomérations. En 2050, l’OMS estime que sept personnes sur 10 vivront dans les zones urbaines. Face à phénomène d’une telle ampleur, l’intégration des questions de santé publique aux politiques de planification urbaines est devenue indispensable.

« En misant sur les opportunités offertes par la vie urbaine, les dirigeants des municipalités peuvent agir et mettre en œuvre des politiques ayant un impact positif considérable sur la santé de leurs sociétés », a insisté la Directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, à l’occasion de l’ouverture du forum.

« Offrir des transports publics sécurisés, investir dans les services publics, réduire la pollution de l’air peuvent conduire à une nette amélioration de la santé publique en milieu urbain », a-t-elle ajouté.

Pendant trois jours, les participants au forum vont partager des idées et des pratiques développées dans leur pays respectifs pour améliorer la santé de leurs populations et les protéger contre les effets du changement climatique, des catastrophes naturelles ou des épidémies.

A Lagos, au Nigeria, où la congestion du trafic est généralisée, la municipalité a mis en place des voies réservées aux autobus pour réduire le temps de transports et inciter la population à renoncer au mode de transports individuels source de pollution. Elle développe aussi des alternatives au transport routier en capitalisant sur les voies navigables.

A Shanghai, en Chine, d’importants efforts ont été déployés pour créer des environnements sans tabac, avec l’adoption en mars dernier d’une législation interdisant de fumer dans les lieux publics. Sur le site de l’Exposition universelle qui vient de s’achever, la consommation et la vente de tabac, ainsi que la publicité étaient interdits.

Mercredi, à la clôture du Forum, l’OMS et l’agence de l’ONU chargé de la planification urbaine (ONU-HABITAT) rendront public le « Rapport mondial sur l’urbanisation et la santé », intitulé « Villes cachées: démasquer et surmonter les inégalités sanitaire en milieu urbain ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.