Tensions au Sahara occidental

Les Nations Unies ont regretté lundi un incident meurtrier dans un camp au Sahara occidental, au moment où une réunion de deux jours s’ouvrait près de New York pour discuter de l’avenir de ce territoire, et ont appelé les parties à faire preuve de retenue.
L’évacuation par les forces de sécurité marocaines d’un camp établi depuis un mois par des militants sahraouis à proximité de Layoune, au Sahara occidental, s’est soldée par des morts et des blessés.
« Les informations disponibles actuellement sur les raisons de cette opération, le niveau de force employé, la réaction des personnes du camp, le nombre de victimes parmi les manifestants et les forces de sécurité, sont vagues et contradictoires. Manifestement il y a un certain nombre de morts et de blessés que nous regrettons », a dit lundi lors d’une conférence de presse le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Martin Nesirky. « Nous appelons les parties impliquées à faire preuve de la plus grande retenue dans les heures et les jours qui viennent », a-t-il ajouté.
Selon la presse, les autorités marocaines font état de trois membres des forces de sécurité décédés lors du démantèlement du camp qui servait depuis un mois de lieu de la contestation sahraouie à proximité de la ville de Layoune. Le Front Polisario, qui revendique l’indépendance du Sahara occidental, a fait état pour sa part de la mort d’un militant de 26 ans lors de l’irruption des forces marocaines dans le camp.

Cet incident survient alors que le troisième cycle pourparlers informels sur le statut du Sahara occidental a débuté lundi matin près de New York. Le Maroc et le Front Polisario, ainsi que les Etats voisins, l’Algérie et la Mauritanie, participent à ces deux jours de discussion à Greentree, à Long Island.

Il est « hautement fâcheux » que l’opération d’évacuation ait affecté « l’atmosphère dans laquelle ces pourparlers sont menés », a souligné le porte-parole de Ban Ki-moon. « Les Nations Unies sont dans l’attente d’obtenir une image plus complète des faits », a-t-il ajouté.

Les précédents pourparlers informels ont eu lieu en Autriche, en août 2009, et à Armonk, près de New York, en février 2010. Le différend entre le Maroc et le Front Polisario sur le Sahara occidental remonte à la fin de la domination espagnole sur ce territoire en 1976.
Le Maroc a présenté un plan pour l’autonomie du Sahara occidental. La position du Front Polisario est en revanche que le statut final du territoire doit être décidé lors d’un référendum incluant l’indépendance comme option.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.