Le festival des Inrocks’ à Toulouse : programme complet

Lundi 08 Novembre

The Drums
Deux péquenots de la crasseuse et bigote cambrousse US déménagent en Floride, puis à New York, se mettent aux guitares, essaient de rendre hommage à leurs idoles de jeunesse, britanniques surtout. Patatras : les garçons excellent et la hype, mondiale et platinée, leur tombe dessus. Résultat : une musique hautement sincère, quelques tubes superglu et des mélodies brillantes à faire rougir les Smiths, une classe parfaite. Et un grand groupe en devenir.
www.thedrums.com

Carl Barât
Si 2010 a été l’année de la reformation tant attendue des Libertines, elle sera aussi celle de l’arrivée de Carl Barât en solo. Séparé de ses acolytes de Dirty Pretty Things, entouré en studio de Neil Hannon de The Divine Comedy et d’Andrew Wyatt du groupe Miike Snow, le Londonien à la voix insolente abandonne son impertinence punk au profit d’un rock de crooner et d’une pop héritière des Kinks ou The Smiths.. “Préparez-vous à l’imprévisible” a averti le dandy british.
On veut bien le croire.
www.myspace.com/carlbarat

Surfer Blood
Nouvelle vague : quelques-uns des meilleurs groupes du moment viennent de Floride. Les Black Kids, The Drums ou Surfer Blood, qui s’amuse des clichés locaux (sea, sex and sun) en collant des oursins dans sa pop néo-slacker. Chansons mélancoliques et arrangements joyeux, à moins que ça ne soit le contraire : Surfer Blood aime les contrepieds, chaussés de mocassins bateaux.
www.myspace.com/surferblood

Free Energy
Basé à Philadelphie, Free Energy rédige un nouveau chapitre excitant du rock à la sauce US, ressuscitant avec joie le songwriting futé du Weezer des débuts : soit une bonne grosse classe dans l’art de composer la pop-song qui tue. Une d’entre elles s’intitule Bang Pop : l’écouter peut rendre heureux.
www.myspace.com/freenergymusic

Mardi 09 Novembre

The Coral
Les années et les modes n’ont jamais altéré notre amour pour les Liverpuldiens de The Coral. Les albums se suivent, se ressemblent souvent et c’est tant mieux. Cette année, la petite troupe de James Skelly revient avec un sublime Butterfly House, porteur d’espoir et célébrant le pouvoir éternel de la pop. On sera ravis, cet automne, de prendre un sacré coup de vieux en fêtant nos dix ans d’addiction.
www.myspace.com/thecoral

Local Natives
Cinq garçons de 20 ans ayant niché leur QG musical dans un manoir défraîchi du côté de Los Angeles : outre les questions de salubrité, ce sont les harmonies élégiaques façon Arcade Fire appliquées à un folk ouaté que ne renierait pas Fleet Foxes, qui attirent l’oreille du chaland. Forts d’un premier album remarqué, les Californiens écument le Vieux continent avec leur Gorilla Manor : cet été, l’Angleterre des festivals leur a réservé un triomphe.
www.myspace.com/localnatives

Warpaint
Encadrées par John Frusciante des Red Hot Chili Peppers sur leur premier EP Exquisite Corpse, les quatre filles de Warpaint enchaînent les constructions délicates et pourtant dansantes, physiques. Leur premier album n’est pas encore sorti qu’on prédit déjà tous les honneurs à leur mélange de pop, de funk blanc et de rock hérissé.
www.myspace/worldwartour

La Patère Rose
Pétulant, Québécois, acidulé, bubble-gum, Tabasco, malin, sexy, vicieux : on pourrait multiplier à l’infini les qualificatifs, ils ne suffiraient sans doute pas à décrire parfaitement La Patère Rose, déjà croisés en première partie de Mika. Imaginez une jeune fille dynamite, deux zigotos bidouilleurs, des chansons montées sur pneumatiques électroniques, des tubes qui font zigouigoui aux sens et qui colorent les horizons, et vous aurez une idée. Venez les voir sur scène, et vous recevrez le bonheur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.