Liban : le camp palestinien de Nahr El Bared reconstruit

Alors que les travaux de reconstruction du camp de Nahr El-Bared, au nord du Liban, vont permettre le retour de réfugiés palestiniens au début de l’année 2011, le Coordonnateur spécial de l’ONU pour ce pays, Michael Williams, en visite dans le camp, a appelé mercredi la communauté internationale à tenir ses promesses de financements pour la reconstruction totale du camp.

« Il est important pour l’ONU de montrer à la communauté internationale ce qui doit être fait, ce qui a été fait et les besoins qu’ils restent. Je saisis l’opportunité pour appeler tous les donateurs, européens, nord-américains ou arabes à tenir leurs engagements et à saisir l’occasion de ce retour des populations pour prendre de nouveaux engagements pour le futur car l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a besoin de plus de financements pour le rétablissement intégral du camp », a déclaré Michael Williams après s’être entretenu avec les Comités populaires.

« Je salue la dignité et la patience des Palestiniens du camp de Nahr El-Bared considérant le rythme de la reconstruction. Ce n’est pas ce que l’UNRWA et l’ONU en général auraient voulu voir. Je sais que ce n’est pas non plus ce que les Palestiniens ont voulu voir. Ils auraient voulu voir un rythme de développement plus rapide », a-t-il ajouté.

Situé au nord du pays, ce camp avait été détruit en 2007 lors d’affrontements entre l’armée libanaise et le mouvement islamiste Fatah al-Islam retranché dans le camp.

« La bonne nouvelle c’est que très vite, au début de l’année prochaine, nous verrons les populations retourner dans le camp », a dit Michael Williams. « Psychologiquement ce sera très important dans l’esprit des populations » qui pourront voir « pour la première fois que des personnes retournent dans les logements qu’elles occupaient avant la tragédie de 2007 », a-t-il souligné.

Le Coordonnateur spécial a rencontré mercredi l’ancien Premier ministre libanais, Omar Karameh, la veille de sa visite du camp. Les deux hommes ont abordé les problèmes que traversent le Liban et la région. Ils ont ensemble convenu que le seul moyen de dépasser les difficultés était le dialogue. Mercredi, après sa visite de Nahr El-Bared, Michael Williams a aussi rencontré, le député Samir Jisr puis le Mufti Malek Shaar, à Tripoli, ville située à proximité du camp.

Le Coordonnateur spécial a indiqué qu’il discuterait de ces problèmes dans les prochaines semaines avec le gouvernement libanais et aussi à New York dans deux semaines avec le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.