Manifestations contre la réformes des retraites : l’UMP dénonce “la prise d’otage” du pays

Pour Christine de Veyrac, députée européenne et patronne de l’UMP 31 “La réforme des retraites ne doit être le prétexte ni à la violence, ni aux blocages, ni à la prise d’otage du pays”.

A Toulouse, alors que le siège de l’UMP situé rue Gabriel Péri reste protégé par des cordons de CRS, De Veyrac dénonce aujourd’hui “Les actions de casseurs, qui se multiplient, sont inacceptables tout comme le blocage des raffineries”.

“Le droit de grève n’est ni le droit de bloquer le fonctionnement normal de l’économie, ni celui de porter atteinte à la libre circulation de nos concitoyens, ni celui d’empêcher les français qui veulent travailler de pouvoir continuer à le faire. En démocratie, la légitimité appartient aux parlementaires démocratiquement élus par nos concitoyens, et aux 64 millions de français qui ne manifestent pas” a rajouté la députée européenne.

“La Violence et le Conflit ne servent ni le redressement économique, ni la sauvegarde du système par répartition des retraites” a conclu celle qui remet cette semaine son mandat de présidente de l’UMP 31 en jeu.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.