L’OMS en Hongrie pour évaluer l’impact de la coulée de boue

Une équipe de spécialistes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est rendue mardi en Hongrie pour offrir une expertise supplémentaire au gouvernement hongrois qui évalue l’impact sanitaire potentiel de la coulée de boue industrielle de 700.000 mètres cubes qui s’est déversée comme un raz-de-marée sur plusieurs villages de l’ouest du pays, le 4 octobre, faisant huit morts et 150 blessés.

Selon l’OMS, l’impact de cette pollution industrielle sur la santé publique est potentiellement fort, avec des brûlures chimiques causées par les teneurs élevées de Ph (> 12) dans la boue, mais il reste pour l’instant très localisé.

La pollution a détruit les écosystèmes des rivières Torna et Marcal avant d’atteindre le Danube, le deuxième plus long fleuve d’Europe, après la Volga, qui a toutefois retrouvé ses niveaux normaux de taux alcalin rapidement après l’accident.

Les autorités hongroises suivent l’évolution de la situation en continue. Elles ont pris les mesures de santé publique nécessaires à ce stade, estime l’OMS dans un communiqué publié mardi. A Kolontar notamment, le village le plus touché par la catastrophe, la construction d’une digue géante visant à protéger les habitants d’une éventuelle nouvelle coulée de boue touche à sa fin mardi.

Alors que de graves effets sur la santé à court terme sont considérés comme peu probables, l’équipe de l’OMS se concentrera sur l’évaluation des effets sanitaires ultérieurs de l’exposition aux poussières, à l’eau et à la nourriture éventuellement contaminées par des métaux lourds apparus après l’;assèchement de la boue.

Les effets potentiels à moyen et à long terme, via la contamination par des métaux lourds, notamment dans la chaîne alimentaire, ne peuvent être évalués immédiatement, faute de données et de recul, a prévenu l’;OMS, qui a toutefois estimé que le risque que des poussières contaminées se propagent à des régions ou des pays voisins des lieux de la catastrophe restait négligeable.

Composée d’experts internationaux dans l’évaluation et la gestion des risques pour la santé et l’environnement, l’équipe de l’OMS transmettra ses relevés et résultats aux autorités hongroises qui s’en serviront pour élaborer de nouvelles mesures préventives.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.