Le gouvernement accusé de placer les régions sous tutelle

regionsMartin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, et porte-parole de l’Association des Régions de France (ARF), en charge des finances réagit aux annonces de Christine Lagarde et François Baroin relatives au Projet de loi de finance 2011.

« Le Chef de l’Etat en rêvait, monsieur Baroin l’a fait » a déclaré Martin Malvy à propos du gel pour trois ans des dotations budgétaires de l’Etat aux Collectivités territoriales.

« La réforme de la Taxe Professionnelle a déjà supprimé la quasi totalité des marges de manœuvre fiscales des Régions – elles ne peuvent plus que fixer les taux d’une part de la Taxe sur les Cartes Grises qui ne représente que 7 % de leurs recettes totales – qui sont de facto, les collectivités locales les plus dépendantes des dotations budgétaires de l’Etat. Autant dire qu’en gelant ces dotations et en les privant de tout moyen de faire évoluer leurs budgets, le Gouvernement met les Régions sous tutelle financière. » a poursuivi Martin Malvy.

Martin Malvy est également revenu sur l’annonce de Madame Lagarde concernant la fusions des différents mécanismes de péréquation de la nouvelle Cotisation Economique Territoriale (CET) relatifs à chaque niveau de collectivité en un seul mécanisme en vue de simplifier ces dispositifs.

« En instaurant un mécanisme de péréquation unique, le Gouvernement montre une nouvelle fois à quel point il fonctionne en circuit fermé. Le rapport Durrieux préconisait pourtant un mécanisme différencié pour les Régions qui souffrent d’écarts considérables en matière de potentiel fiscal. La ficelle est désormais bien connue : on missionne un parlementaire qui consulte les élus locaux mais en fin de compte, la réforme est déjà arrêtée du coté de Bercy » a conclu le président socialiste de la région Midi Pyrénées.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.