Roms : l’arrêté d’expulsion de Sermina annulé par le juge

centre de retentionLe juge administratif dernier rempart ? L’affaire de cette jeune rom a mobilisé un grand nombre de toulousains. Plusieurs manifestations de soutien ont eu lieu devant le tribunal qui jugeait de la légalité de l’arrêté d’expulsion pris par le préfet en application de la politique gouvernementale. Ayant fui le Kosovo, discriminée en raison de son appartenance à la Communauté rom et donc supposée proche de l’ennemi serbe, Sermina va donc pouvoir quitter le centre de rétention et rejoindre sa famille.

Une victoire saluée par de nombreux toulousains proches du réseau éducation sans frontière. Pour la député Lemorton, la libération de Sermina un 26 août, jour anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen rappelle “le message universel de ce texte fondamental, marqué par le désir d’égalité, de liberté des Hommes, de résistance à l’arbitraire délivré le 26 août 1789”.

___________________________________________________

Contre la solution de l’expulsion, la municipalité socialiste de Toulouse a décidé de communiquer sur le sujet via le site internet du groupe -majoritaire- socialiste et républicain à la mairie de Toulouse.

Les élus socialistes et républicains ont, précise le site pris “le parti de l’insertion en payant pour des dizaines de Roms apparemment en situation irrégulière le terrain et l’électricité. “La ville veut agir de façon pragmatique”, dit Claude Touchefeu, adjointe au maire de Toulouse en charge de la politique sociale, car “s’ils sont renvoyés en Roumanie, ils reviendront dans trois mois et ça ne résoudra pas le problème”. Pour maîtriser la problématique, bien avant que la question n’enflamme les passions, la mairie de Pierre Cohen a opté pour l’accompagnement des Roms : 120 d’entre eux, membres d’une même communauté de Barbulesti, au nord-est de Bucarest, vivent à Purpan sur un terrain qu’ils occupaient déjà illégalement mais dont la municipalité paie depuis peu le loyer à un propriétaire privé.

Photo (c) Google Earth le centre de rétention administratif de Cornebarrieu dans la banlieue de Toulouse, le long des pistes de l’aéroport de Toulouse Blagnac

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.